Nabilla accusée de chantage et menace de mort

Nabilla accusée de chantage et menace de mort
AFP / A. Pizzoli

Alors qu’ils nagent en plein bonheur suite à la naissance de leur deuxième fils, Thomas et Nabilla font l’objet d’une plainte pour chantage et menace de mort.

En effet, les deux tourtereaux cherchaient, il y a quelques mois, un bien à Paris. Eux qui habitent à Dubaï souhaitaient se rapprocher de leurs familles respectives suite à la naissance de Leyann.

Mais la recherche du logement ne s’est pas passée comme escomptée pour le couple. Elle s’est avérée être une « escroquerie incroyable », selon Nabilla sur ses réseaux sociaux.

« L’agence avait l’air sérieuse. La personne au bout du fil, pareil. J’avais la photo de cette personne. On avait un contrat mais une des femmes qui travaille dans l’appartement nous a dit qu’il appartenait à des personnes qui ne souhaitent pas du tout louer », a raconté Nabilla. La star a même ajouté avoir versé une énorme somme à l’agence immobilière The Adress, pour louer le bien.

Deux versions

Ces accusations ont fait réagir l’agence immobilière pour qui la réalité diffère. Nos confrères de TV Mag ont mené leur enquête et ont interrogé Olivier Tomas.

« L’assistant de Nabilla nous a contactés pour trouver un appartement à louer pendant au moins un mois à Paris du fait de l’accouchement de cette dernière. Sur l’instant, nous n’avions rien à leur proposer qui pouvait correspondre à leur cahier des charges. J’ai donc pris contact avec un confrère agent immobilier et concierge qui m’a proposé un appartement qui a beaucoup plu à l’assistant de Nabilla et à Nabilla elle-même. Nous avons procédé à sa réservation auprès du propriétaire », a-t-il déclaré à TV Mag.

Ph. DR.

Mais, comme le couple, Olivier Tomas affirme que le propriétaire s’était finalement rétracté, pour des raisons qu’il dit ignorer. Suite à cela, l’agence aurait continué à proposer d’autres bien à Thomas et Nabilla. Des propositions laissées sans réponses par le couple jusqu’à ce qu’une amie de la star, « une avocate de Marseille », lui « hurle dessus pour demander le remboursement de l’argent versé avec, en plus, le double de la somme en dommages et intérêts ».

Menances de mort

Le président de The Adress affirme également avoir reçu « un message téléphonique, avec photos à l’appui, du mari de Nabilla avec des menaces de mort » à son encontre, ainsi que celle de ses collaborateurs et de ses enfants. « Il me disait avoir payé 15.000 euros des gens pour mettre un contrat sur notre tête. Des choses de fou ! ».

Avec des preuves écrites et des enregistrements, l’agent a donc décidé de porter plainte.

« Pour le moment, Nabilla n’a pas été remboursée de son versement et ne le sera pas tant que nous n’aurons pas un accord écrit et signé. Je n’ai évidemment aucun souci pour lui rendre cet argent, c’est tout à fait normal, mais je ne suis pas d’accord pour lui verser 20.000 euros en plus. Je souhaite également qu’elle fasse un correctif sur ses réseaux sociaux », a conclu Thomas Olivier.