Loïc (Koh-Lanta) a bien failli passer à côté d’une participation à l’émission à cause d’un problème de cœur

Loïc (Koh-Lanta) a bien failli passer à côté d’une participation à l’émission à cause d’un problème de cœur
Ph. Instagram

On n’est pas passés loin de ne jamais voir Loïc sur cette nouvelle saison de Koh-Lanta. Le sympathique Français qui appartenait à la tribu des Verts lors de « Koh-Lanta : les quatre terres », a été appelé pour remplacer Freddy, blessé lors du parcours du combattant. Les fans ont fait part de leur déception de voir ce candidat emblématique quitter le jeu si vite, mais ont été ravis de retrouver Loïc, qui avait fait une forte impression lors de son premier passage.

D’ailleurs, le jeune homme aurait bien pu ne jamais en être, pour d’autres raisons que son statut de remplaçant dans le casting. « Je peux enfin vous en parler… En début d’année, lors des tests de sélection pour ce Koh-Lanta : La légende, on m’a découvert sur un test à l’effort un petit problème au niveau du cœur », a commencé Loïc dans une publication Instagram.

Une situation stressante

Il explique avoir multiplié les allers-retours à l’hôpital, avec une incertitude pesante pour lui : « Un long moment très difficile pour moi (qui ne pensais qu’à Koh-Lanta et à pouvoir y participer), mais également pour mes proches qui eux pensaient plus à ma santé personnelle. Je ne vais pas rentrer dans les détails, mais ça me tenait à cœur de vous en parler et de vous expliquer ces moments difficiles. Cela explique aussi pourquoi j’étais un petit peu moins présent sur les réseaux en début d’année, car j’avais la tête complètement ailleurs »

En définitive, l’aventurier a reçu le feu vert des médecins pour participer à Koh-Lanta et il a donc pu s’envoler vers la Polynésie française avec les autres candidats. Toutefois, sa préparation physique a naturellement été impactée par ses problèmes de santé : « Pendant tous ces examens, je n’avais pas le droit de faire de sport, c’est pour ça que j’arrive sur ce Koh-Lanta avec quelques kilos en trop, mais également le stress de pas avoir pu m’entraîner physiquement en sachant que je me retrouverai face à des machines de guerre. »