Dans les coulisses de Would You React, la chaîne YouTube belge au million d’abonnés

Dans les coulisses de Would You React, la chaîne YouTube belge au million d’abonnés
Ph. Would You React

Quel était ton objectif initial en créant Would You React ?

« À l’époque, je travaillais dans la restauration rapide et j’arrêtais des voleurs quand j’étais à ma caisse. Je me suis dit que j’allais faire des petites vidéos pour expliquer à mes amis comment réagir. C’est comme ça que tout a commencé et que j’ai lancé Would You React en 2014. Le but était vraiment de donner des techniques aux gens sur la manière de réagir face à tel ou tel fait. C’était il y a sept ans et il y avait encore vraiment moyen de créer du nouveau contenu sur les réseaux sociaux et de transmettre un message à travers des vidéos. J’étais un peu précurseur à l’époque. La première année, nous avons eu 7.000 abonnés après dix vidéos. C’était déjà pour moi un plafond que je ne pouvais pas imaginer dépasser. »

Est-ce que tu vis de tes vidéos ?

« Je fais des vidéos et je les diffuse, c’est tout. Would You React n’est pas une asbl ou une entreprise. Ça surprend beaucoup de gens mais le fait d’avoir un million d’abonnés ne me permet pas de vivre. D’abord, nous abordons des sujets très sensibles qui, par rapport à la charte de YouTube concernant la monétisation, ne permettent pas d’être monétisés. De plus, je ne fais aucun contenu sponsorisé et je ne collabore pas avec des marques. En réalité, je n’exploite donc qu’à moitié un seul des quatre ou cinq filons qui permettent aux influenceurs de vivre de leur activité. C’est la raison pour laquelle j’ai un job sur le côté, je suis fonctionnaire. »

Quel regard portes-tu sur le travail que tu accomplis depuis sept ans ?

« Je ne sais pas si j’ai réussi à faire changer la société mais je pense que j’ai réussi à faire du bien à certaines personnes, surtout à des minorités et à des personnes qui se sentent exclues. »

Comment ont évolué tes vidéos au fil des années ?

« Plus les années ont passé, moins j’avais envie de dire aux gens comment réagir et plus je voulais amener une réflexion sur un sujet de société. J’essaie aussi de bien comprendre les gens qui regardent mes vidéos en analysant les statistiques de A à Z tous les jours. Cela me permet de mieux sentir les choses et d’aller vers là où les gens voulaient regarder, tout en veillant à toujours garder un aspect éducatif. Si je mets juste l’aspect éducatif, je sais que je n’aurai pas d’audience. Et si je mets que ce que les gens veulent voir comme des images choquantes et violentes, sans message, ça n’a pas de sens. J’essaie donc de réussir à manier les deux, en amenant de la réflexion. »

Dans la pratique, comment se déroule la préparation d’une vidéo ?

« On pourrait croire que c’est quelque chose de bien préparé, mais je suis quelqu’un qui ne supporte pas les pertes de temps inutiles et je veux aller à l’essentiel. C’est donc très simple. Je vois un scénario et je l’imagine dans ma tête. Ensuite, je téléphone aux acteurs et aux caméramans. Puis, je choisis l’endroit le plus propice. Enfin, je laisse une grande part à l’improvisation. Je me suis déjà rendu compte que si j’organise vraiment trop, la société ne réagit jamais de la manière qu’on attend. Pour que ce soit naturel et authentique, il ne faut pas que ce soit trop préparé. »

Quel est le plus beau souvenir que tu gardes lors d’un tournage ?

« C’est probablement lorsqu’on aide les sans-abri. Ils ne font pas semblant. Avec 500 €, on ne change pas leur vie mais voir à quel point cela les touche, ça fait vraiment plaisir. Après, à titre purement privé, j’ai eu une très belle relation sentimentale de deux ans avec une actrice. Juste pour cela, je ne regrette pas d’avoir fait Would You React ! »

Au contraire, est-ce que certaines expériences ont déjà failli mal tourner ?

« Un des souvenirs les plus négatifs, c’est lorsque nous nous sommes fait agresser lors de notre vidéo sur la drague inversée. On a piégé deux personnes qui ont très mal réagi, de manière violente. Ça a mal tourné mais j’ai décidé d’en faire une autre vidéo pour montrer comment réagir par rapport à la violence. Lors de notre vidéo sur le suicide, j’ai également dû payer une amende de 1.000 € car la police est venue après que l’alerte suicide a été déclenchée dans la ville dans laquelle on tournait. »

Would You React arrive doucement à la centième expérience sociale. Comment fais-tu pour trouver des nouvelles idées ?

« Depuis le début, j’ai une liste de 100 thèmes à creuser. Mais finalement, la société fait que les thèmes viennent tout seul. Par exemple, il n’y a pas longtemps, je suis allé faire un tour à vélo et j’ai vu dans une plaine une maman qui semblait tenir son enfant avec un morceau de tissu. J’ai eu un flash et je me suis rappelé que certains parents tenaient leurs enfants en laisse. Ce sera le thème d’une prochaine vidéo. Et puis, le jour où je n’aurai plus de thème, ce qui n’arrivera jamais, je pourrai toujours faire les deuxièmes versions de vidéo existantes, cinq ans plus tard pour voir si les choses ont changé. »

Ce jeudi 8 juillet, quelques semaines après notre entretien avec Jonathan, nous avons appris son hospitalisation et l’arrêt (temporaire on l’espère) du projet Would You React. Nous souhaitons un prompt rétablissement à Jonathan et le meilleur pour la suite.