D’Angèle à Isabelle Adjani, des dizaines d’artistes francophones se coupent les cheveux en soutien avec les Iraniennes

D’Angèle à Isabelle Adjani, des dizaines d’artistes francophones se coupent les cheveux en soutien avec les Iraniennes

Angèle, Isabelle Huppert, Marion Cotillard… De nombreuses actrices et chanteuses francophones se sont coupé une mèche de cheveux en solidarité avec la lutte des femmes iraniennes, dans une vidéo publiée mercredi sur Instagram.

Actrices et chanteuses se coupent les cheveux

Sur fond de « Bella Ciao » en persan, ces actrices et chanteuses, dont également les Britanniques francophones Charlotte Rampling et Jane Birkin, se coupent une mèche de cheveu face caméra, reprenant l’un des symboles du soulèvement en cours en Iran.

Parmi les participantes, on retrouve notamment Marion Cotillard, Isabelle Adjani, Pomme, Alexandra Lamy, Charlotte Gainsbourg, Angèle, Charlotte Rampling, Bérénice Béjo, Isabelle Huppert, Julie Gayet, Muriel Robin ou encore Juliette Binoche.

« Ce peuple n’espère qu’un accès aux libertés les plus essentielles »

« Le peuple iranien, les femmes en tête, manifeste au péril de sa vie. Ce peuple n’espère qu’un accès aux libertés les plus essentielles. Ces femmes, ces hommes, demandent notre soutien », affirment-elles dans un message écrit accompagnant la vidéo sur le compte Instagram « soutienfemmesiran ».

« Leur courage et leur dignité nous obligent. Il est impossible de ne pas dénoncer encore et toujours cette terrible répression (…) Nous avons ainsi décidé de répondre à l’appel qui nous était lancé en coupant, nous aussi, quelques-unes de ces mèches », ajoutent-elles, dans cet appel initié par des avocats.

Le monde de la culture se mobilise

La veille, plus d’un millier de personnalités du 7e art français, dont des stars comme Léa Seydoux, Isabelle Huppert et Dany Boon, des cinéastes renommés ou le patron du Festival de Cannes Thierry Frémaux avaient déjà appelé à « soutenir la révolte des femmes en Iran », dans une tribune transmise à l’AFP.

Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, est décédée le 16 septembre, trois jours après son arrestation pour infraction au code vestimentaire strict de la République islamique qui oblige notamment les femmes à porter le voile. Sa mort a déclenché une vague de manifestations en Iran, violemment réprimée, et des rassemblements de solidarité avec les femmes iraniennes à travers le monde.