Boostées par TikTok, les chorégraphies des artistes cartonnent à nouveau

Boostées par TikTok, les chorégraphies des artistes cartonnent à nouveau

Les chorégraphies virales étaient jusqu’ici initiées par les internautes mais de plus en plus d’artistes s’y mettent dans leurs clips et proposent à leurs fans des pas de danse à reproduire sur les réseaux sociaux. Décryptage.

Lil Nas mène la danse

En matière de danse, chaque époque a ses préférences. Les années 80 ont été marquées par le fameux « moonwalk » de Michael Jackson, tandis que la décennie suivante a été emportée par les mouvements plus décontractés de la « Macarena ». L’année 2021 est, elle, rythmée par les chorégraphies extravagantes de Lil Nas X.

On avait entrevu les talents de danseur du rappeur-chanteur originaire d’Atlanta dans la vidéo accompagnant son tube country rap, « Old Town Road », où il s’essaie au line dance. Ils crèvent l’écran dans les clips de ses derniers singles, « Montero (Call Me By Your Name) » et « Industry Baby ». Il effectue une danse des plus lascives sur les cuisses du diable dans le premier, et twerke torse nu au milieu d’un groupe de détenus dans le second. De quoi secouer les amateurs de rap et de hip-hop, plus habitués aux vidéos prônant une sexualité patriarcale.

Lil Nas X s’est entraîné pendant plusieurs semaines avec les chorégraphes Kelly Yvonne et Sean Bankhead pour reproduire à la perfection les routines de danse de ses derniers tubes. Un travail acharné qui a porté ses fruits : « Industry Baby » cumule plus de 129 millions de vues sur YouTube, tandis que le clip de « Montero (Call Me By Your Name) » lui a permis de remporter trois statuettes à la dernière cérémonie des MTV Music Video Awards.

« Internet a tué le vidéoclip »

Le musicien originaire d’Atlanta n’est pas le seul à s’être tourné vers de grands noms de la danse pour pimenter les vidéos accompagnant ses morceaux. C’était même monnaie courante jusqu’au milieu des années 2010, lorsque les maisons de disque ont commencé à drastiquement réduire les budgets alloués aux clips face à l’avènement de YouTube. Plus question de dépenser des millions de dollars comme l’avait fait Gwen Stefani pour filmer le visuel de « Make Me Like You » ou encore Madonna pour celui de « Give Me All Your Luvin » : l’heure est aux économies. Une tendance que le duo The Limousines raconte avec amertume dans son tube de 2010, « Internet Killed the Video Star ».

Une décennie plus tard, les choses ont évolué. Une nouvelle génération de stars comme Dua Lipa et Chloe Bailey fréquentent à nouveau les studios de danse pour marcher dans les pas de leurs prédécesseurs des années 2000. « Voir cette génération d’artistes se dépasser est incroyable. Cela donne envie à tout le monde de se mettre à niveau », a déclaré la chorégraphe Charm La’Donna à The Face. « Tout le monde est prêt à se produire et à s’entraîner, donc les performances [de ces derniers mois] ont fait monter le niveau ».

Le succès des challenges sur TikTok

Normani en est l’exemple parfait. L’ancienne chanteuse des Fifth Harmony a « cassé Internet » à de multiples occasions avec ses vidéos aux chorégraphies aussi entraînantes que sophistiquées. Celle de son dernier morceau en date, « Wild Side », a été particulièrement éprouvante pour la jeune femme de 25 ans. « Je voulais vraiment me dépasser avec différents styles de chorégraphie tout au long de la vidéo. Quand je vous dis que mes genoux ont été mis à rude épreuve », a-t-elle écrit dans un tweet, quelques heures après la sortie du clip.

Comme à son habitude, Normani a fait appel au chorégraphe Sean Bankhead pour mettre en mouvement son dernier single. Cette collaboration s’est avérée particulièrement fructueuse puisque leur routine de danse a donné naissance à son propre challenge sur TikTok. Le #WildSideChallenge a depuis amassé plus de 40,2 millions de vues sur le réseau social, et a notamment été repris par la reine de la funk brésilienne, Anitta. Une situation assez surréaliste pour Sean Bankhead. « Nous savions en créant ’Wild Side’ que ce ne serait pas une danse TikTok. Nous ne voulions pas non plus qu’elle le soit. Nous voulions faire une chorégraphie difficile qui ne soit pas édulcorée pour correspondre à l’ère pleine de défis que connaissent la danse et la musique aujourd’hui. Donc, ça m’a vraiment frappé de voir les gens se lancer et essayer d’apprendre cette chorégraphie difficile », a-t-il confié à Paper Magazine.

Danser au rythme de la K-pop

Si de plus en plus de mélomanes se mettent à la danse grâce à TikTok, les fans de K-pop le font depuis des décennies. Et pour cause : les chorégraphies font partie intégrante de ce genre musical né en Corée du Sud. Elles étaient même la marque de fabrique de Seo Taiji and Boys, les prédécesseurs de boys band sud-coréens à succès comme BTS et EXO. Au fil des années, les routines de danse des groupes de K-pop se sont si complexifiées qu’elles ont donné naissance à leurs propres vidéos d’entraînement. Elles rencontrent presque le même succès que les clips officiels. La preuve avec celle pour « How You Like That » de BLACKPINK. Le tutoriel de danse compte plus de 853 millions de vues, contre 968 millions pour la vidéo accompagnant le morceau.

Cet engouement pour les tutoriels de danse n’étonne pas Michelle Cho, professeure adjointe de culture populaire à l’université de Toronto. « L’apprentissage des chorégraphies de K-pop renforce le sentiment de proximité des fans avec leurs idoles de K-pop, ainsi qu’avec la communauté des fans dans son ensemble », a-t-elle expliqué au Korea Times. Preuve que, même si les temps changent, la danse reste toujours aussi fédératrice.