Amel Bent diagnostiquée avec un QI plus élevé que la moyenne: «Ca explique plein de choses»

Amel Bent diagnostiquée avec un QI plus élevé que la moyenne: «Ca explique plein de choses»
AFP / J. Saget

Dans dix jours, Amel Bent sera l’invitée d’un nouveau programme diffusé sur W9, « Sans filtre ». Lors de celui-ci, Eric Jean-Jean a révélé que la chanteuse serait HPI (haut potentiel intellectuel), allant même jusqu’à affirmer qu’elle aurait un QI de 156.

« C’est moins quand même, c’est compliqué », a-t-elle répliqué lors du tournage, mal à l’aise. «  Ça explique plein de choses et ça permet de donner la notice aux gens qui m’aiment, avec qui je peux avoir des attitudes qu’ils ne comprennent pas, que moi-même je ne comprends pas », explique-t-elle.

La clinicienne Jeanne Siaud-Facchin a révélé cette spécificité à la chanteuse : «  Même avant de l’avoir rencontrée, j’avais bien observé son fonctionnement à la télé. Et ce qui m’a beaucoup marquée, c’est sa sensibilité aux candidats mais aussi aux autres membres du jury, sa façon de tout observer, tout le temps… C’est comme si elle cherchait non-stop à tout comprendre, à tout anticiper. C’est vraiment ça qui m’a beaucoup, beaucoup touché chez Amel. Et c’est rare ! »

Des avantages et des inconvénients

Ce n’est qu’il y a peu qu’Amel Bent a découvert qu’elle était HPI, comme elle l’explique : «  Jeanne Siaud-Facchin ne m’a pas donné un nombre effectif parce qu’elle a aussi découvert que j’avais des mouvements émotionnels qui sont particuliers, et qui viennent perturber mon intelligence. Il y a des facilités mais aussi beaucoup de difficultés pour se concentrer, pour avoir confiance en soi. »

«  Ça explique plein de choses et ça permet de donner la notice aux gens qui m’aiment, avec qui je peux avoir des attitudes qu’ils ne comprennent pas, que moi-même je ne comprends pas… Des moments où il y a une espèce d’interrupteur, où je ne peux plus parler à personne, où je me renferme. Parfois, tu sais pas si c’est parce que tu es hypersensible ou hyper-relou », conclut-elle.