Voici pourquoi vous ne distinguerez bientôt plus un brocoli et un chou-fleur

Voici pourquoi vous ne distinguerez bientôt plus un brocoli et un chou-fleur
Ph. ETX Daily Up Studio

Les brocolis verts sont-ils en passe de disparaître ? Une récente recherche pointe en effet les risques des températures trop élevées causées par le dérèglement climatique, qui pourraient provoquer un changement de couleur de ces aliments.

D’après l’étude publiée dans la revue Molecular Horticulture par des chercheurs américains de l’université de Cornell, les fleurs du brocoli se développent normalement lorsque la température de culture s’élève à 62 ºF (soit environ 16 ºC). Ses couronnes commencent toutefois à se déformer dès que le mercure excède 72, ºF (soit environ 22 ºC). Et si le végétal est exposé à une température de plus de 82 ºF (soit environ 28 ºC), son développement risque de se limiter à un croisement entre une tête de brocoli et un caillé, c’est-à-dire la partie blanche et comestible du chou-fleur.

Comment en sont-ils arrivés à cette conclusion ?

Pour mieux cerner la manière dont la chaleur altère le bon développement des brocolis, les auteurs des travaux ont procédé à une modification de l’ADN sur une espèce spécifique de brocolis. Plus précisément, les scientifiques ont supprimé un groupe de gènes nécessaires à la production normale de têtes de brocoli. Ces derniers ont compris que c’était justement la suppression de ces gènes qui altérait le développement des légumes, au point de les faire ressembler à des choux-fleurs. Mais d’après les chercheurs qui ont dirigé ces travaux, le fait de modifier des gènes impliqués dans la croissance de ces légumes verts pourrait permettre de maintenir leur production (y compris à des températures élevées), grâce à l’injection d’un produit chimique appelé 5-azacytidine.

D’autres études seront toutefois nécessaires afin de déterminer le mécanisme exact associé à la croissance anormale du brocoli lorsque celui-ci est exposé à des températures élevées. « Une fois que nous aurons mieux compris le mécanisme, nous devrions être en mesure de développer une nouvelle biotechnologie, afin d’améliorer les cultures pour qu’elles puissent pousser à des températures beaucoup plus élevées et dans des régions plus vastes », précisent les auteurs de l’étude dans un communiqué.

La nature change…

Les brocolis ne sont pas le seul élément de la nature à subir une modification de leur apparence sous l’effet du dérèglement climatique. Une étude publiée en 2022 a démontré que des mésanges bleues du sud de la France ont progressivement perdu la couleur de leur plumage en l’espace de quinze ans. La hausse de température de l’eau causée par le réchauffement climatique pourrait par ailleurs donner une teinte verte aux lacs, provoquée par la prolifération des algues.

Retrouvez toute l’actu sur Metrotime.be