Qu’est-ce qu’on (re)lit? Le «Dracula» de Georges Bess

Qu’est-ce qu’on (re)lit? Le «Dracula» de Georges Bess

Qu’est-ce que ça raconte ?

En 1897, le public découvre dans les pages d’un roman épistolaire écrit par Bram Stoker l’extraordinaire personnage de Dracula, être immortel qui se repaît du sang des vivants pour les transformer à leur tour en créatures maléfiques. Si Stoker n’a pas inventé la figure du vampire, il lui a malgré tout conféré sa forme moderne en faisant du comte Dracula une figure iconique et emblématique inspirant des générations d’auteurs. Et bien que le roman ne fût pas un best-seller immédiat, il connut un écho mondial à travers des adaptations cinématographiques devenues au moins aussi cultes que l’œuvre d’origine. Pour la bande dessinée, l’immense Georges Bess nous donne sa version du mythe tout en s’attachant à retranscrire au plus près l’âme du roman.

Qu’est-ce qu’on en pense ?

Sorti à l’automne 2019, le « Dracula » de Georges Bess avait fait l’unanimité. Trois ans plus tard, cet album marquant est déjà de retour dans une édition augmentée ou « définitive » selon les termes de Glénat. Au programme : un cahier de croquis et d’études de cinq petites pages, mais surtout, à la fin de l’album, une adaptation inédite de la nouvelle « L’invité de Dracula ». Il s’agit d’une ébauche de « Dracula » qui aurait pu être le premier chapitre du roman de Bram Stoker mais qui n’a jamais publié. C’est seulement à sa mort que sa femme publia un recueil de nouvelles parmi lesquelles on retrouvait « L’invité de Dracula », revisité ici par Georges Bess en 15 planches.

Si vous avez déjà « Dracula » de Bess dans votre collection, le contenu de cette édition augmentée est sans doute un peu léger pour repasser à la caisse. Par contre, si vous étiez passé à côté de ce chef-d’œuvre, c’est l’occasion idéale ! Et si vous voulez encore un peu plus de Georges Bess, on ne peut que vous conseiller de vous jeter sur son adaptation de « Frankestein » qui était sortie l’an dernier.

« Dracula », de Georges Bess, éditions Glénat, 224 pages, 27,5 €