Qu’est-ce qu’on lit? «1629, ou l’effrayante histoire des naufragés du Jakarta»

Qu’est-ce qu’on lit? «1629, ou l’effrayante histoire des naufragés du Jakarta»

Qu’est-ce que ça raconte ?

Seuls les désespérés prennent le risque de s’embarquer sur le Jakarta. À son bord, un équipage issu des bas-fonds d’Amsterdam et assez d’or et de diamants pour exciter les plus folles convoitises. Un baril de poudre sur un enfer flottant. Invitée improbable dans cette traversée vers le cauchemar, Lucrétia Hans devient la seule à pouvoir empêcher Jéronimus Cornélius, apothicaire hérétique et ruiné, d’allumer la mèche… Bon voyage.

Qu’est-ce qu’on en pense ?

« 1629 » est inspiré d’une histoire vraie, ce qui le rend d’autant plus saisissant. Le récit plonge le lecteur au début du 17e siècle et l’embarque dans l’une des pages les plus sanglantes de l’histoire maritime. À l’époque, plus de 300 hommes, moins de 30 femmes et quelques enfants, embarquèrent dans le « Batavia » (renommé « Jakarta » dans l’album). Ils ont 120 jours pour atteindre l’île de Java depuis Amsterdam. Dans cet immense navire, deux mondes cohabitent : celui qui vit à l’arrière du grand mât et celui qui vit à l’avant. Et évidemment, rien ne va se passer comme prévu. Xavier Dorison et Thimothée Montaigne livrent un album captivant et sanglant, un huis clos en mer à couper le souffle. Seul regret après la lecture de ces 135 pages, il faudra attendre pour quelques mois avant de découvrir le second volet de ce dytique.

« 1629, ou l’effrayante histoire des naufragés du Jakarta », de Xavier Dorison et Thimothée Montaigne, éditions Glénat, 136 pages, 35 €