Qu’est-ce que le «tusibi», aussi appelé «cocaïne rose»?

Qu’est-ce que le «tusibi», aussi appelé «cocaïne rose»?
AFP

Loin des laboratoires de coke du fin fond de la jungle colombienne, le « tusibi », également appelé « cocaïne rose », est surtout produit dans les appartements de Medellin, la deuxième ville du pays.

Un cocktail de plusieurs substances

Cette poudre colorée, consommée (sniffée) dans les boîtes de nuit et clubs de musique électro, n’a aucun rapport chimique avec le stimulant à base de feuilles de coca que la Colombie exporte par milliers de tonnes.

Le « tusibi », ou « tusi », est un cocktail de plusieurs substances, principalement de la kétamine, un anesthésique utilisé sur les animaux. « Chaque cuisinier gère ses propres proportions et il y a autant de recettes qu’il y a de cuisiniers dans le monde », explique à l’AFP un petit chimiste et trafiquant improvisé, qui prépare le mélange dans la cuisine de son appartement du centre-ville.

L’homme, le visage masqué et sous couvert d’anonymat, prépare sa recette au bain-marie pour la vendre ensuite lors de fêtes et dans son cercle social à Medellin, déclare-t-il à l’AFP. Sa recette à lui contient principalement de la kétamine, à laquelle il ajoute de l’ecstasy et de la mescaline, un hallucinogène.

Toutes ces substances sont facilement disponibles sur le marché noir de la drogue dans les rues de Medellin, le tout pour l’équivalent de 180 dollars, détaille notre chimiste artisanal. Quinze grammes de poudre rose sont finalement produites ce jour-là, qui se vendront pour environ 1.500 dollars dans la rue.

« Cela vous rend heureux, exalté »

Le tusibi « génère des états d’euphorie, comme si vous étiez ivre. Cela vous rend heureux, exalté », s’enthousiasme le « cuisinier ».

Dans d’autres régions de Colombie, le mélange peut comprendre des médicaments de la famille des benzodiazépines et des opioïdes, analgésiques hautement addictifs qui ont tué plus de 500.000 personnes aux États-Unis, explique Diana Pava, toxicologue à l’Université nationale.

Le nom de cette nouvelle drogue est une adaptation de l’anglais 2C-B, un hallucinogène synthétisé pour la première fois dans les années 1970 aux États-Unis et interdit dans le monde entier depuis 2001.

« Cela a été créé comme un cocktail essayant d’imiter la molécule 2C-B originale (…), simplement en cherchant à générer une sensation similaire », explique le trafiquant.

Des « épisodes psychotiques ou délirants »

Détecté par l’Observatoire national des drogues colombien il y a près de dix ans, le « tusi » a infiltré le show-biz colombien et le milieu du reggaeton.

Au début de l’année, la mannequin Mara Cifuentes a avoué être en cure dans un centre de désintoxication après avoir consommé cette substance pendant plusieurs mois, et l’actrice Yina Calderon a admis que sa mère était « accro ».

Dans son cabinet de Medellin, le toxicologue Juan Carlos Sanchez, confronté au quotidien aux ravages de la drogue chez ses patients, constate chez les consommateurs de « tusibi » des « épisodes psychotiques ou délirants », et évidemment un phénomène de dépendance.

L’ONG Accion Tecnica Social, qui gère un programme de dépistage des drogues dans le milieu de la nuit, a analysé 228 échantillons de « tusibi » au cours de l’année 2021. La grande majorité était un mélange de kétamine et d’ecstasy. Environ 16 % contenaient des opioïdes dangereux.