Connaissez-vous l’axilisme, l’art du sexe sous les aisselles?

Connaissez-vous l’axilisme, l’art du sexe sous les aisselles?
Ph. Unsplash

Depuis quelques mois, une pratique sexuelle a priori un peu étrange semble faire son trou chez les jeunes : l’axilisme. Elle a plusieurs avantages. Tout d’abord, et c’est important, elle est 100 % sans danger. Ensuite, elle peut être pratiquée par tous les couples, qu’ils soient hétérosexuels, gays ou lesbiens. Les deux partenaires peuvent atteindre l’orgasme grâce… aux aisselles.

Une zone érogène

En effet, l’axilisme consiste à frotter son pénis ou sa vulve dans ou sur l’aisselle de son partenaire. Chez beaucoup de personnes, les aisselles sont une zone érogène extrêmement sensible. Selon les pratiquants, le contact entre les poils pubiens et les poils des aisselles ainsi que les phéromones qui se dégagent de ces régions seraient un stimulant érotique important.

« Un environnement similaire à celui du vagin »

L’an passé, la sexologue italienne Rosamaria Spina expliquait au journal Il Fatto Quotidiano que ce genre de ‘pénétration’ pouvait procurer à certaines personnes un plus grand plaisir que les rapports vaginaux. « Les aisselles sont riches en phéromones qui sécrètent une riche quantité d’odeurs et cela met en place l’excitation. C’est aussi un environnement fondamentalement humide, similaire à celui du vagin, mais il n’a pas toutes ces implications que le vagin a, il est vu d’une manière ’moins menaçante’ mais tout aussi excitante et agréable », détaillait la spécialiste.