Comment choisir une crème solaire pour toute la famille?

Comment choisir une crème solaire pour toute la famille?
Ph. Pexels

On pourra bientôt profiter du soleil en famille… mais gare à en oublier les dangers ! Que l’on soit petit ou grand, mieux vaut se protéger des rayons UV en cas d’exposition prolongée. Mais arrivé devant le rayon, difficile de s’y retrouver parmi toutes les gammes proposées ! Comment choisir la bonne crème solaire pour son enfant ? Et qui, en plus, soit respectueuse de l’environnement ?

Indice et efficacité

Si beaucoup arborent l’appellation « Crème pour enfant », doit-on s’y fier ? Gare aux promesses marketing. En réalité, pour être efficace, une protection solaire doit protéger des UVA (les rayons qui attaquent la peau en profondeur mais sur le long terme) et des UVB (ceux responsables des coups de soleil), et ce grâce à un SPF. Et c’est bien ce seul critère qui compte : l’indice de protection.

Le choix du niveau de protection (SPF) doit se faire en tenant compte de plusieurs paramètres. Primo, l’indice UV : c’est-à-dire prendre en compte le lieu, l’heure, et les conditions d’exposition. Secundo, le phototype, autrement dit sa sensibilité aux expositions solaires. En général, plus la peau est claire, plus il faut se protéger. Pour les petits, une protection maximale, c’est-à-dire un indice 50, est à privilégier, et ce dès que l’enfant se trouve à l’extérieur.

Certaines marques proposent des crèmes solaires adaptées à toute la famille, sans faire la moindre concession sur la protection des enfants. C’est le cas notamment de Mustela, dont la nouvelle gamme est adaptée à toute la famille dès la naissance, ainsi qu’aux femmes enceintes.

Protéger sa santé et la planète

Outre son efficacité, les consommateurs sont de plus en plus attentifs à choisir des produits qui sont à la fois bons pour leur santé et pour la planète. Concernant les crèmes solaires, cela pose la question du filtre utilisé.

Les filtres solaires chimiques sont régulièrement pointés du doigt pour leur potentielle toxicité pour la santé comme pour l’environnement (ils affectent les coraux, mais aussi les algues, coquillages et poissons). C’est pourquoi les marques les remplacent progressivement par des filtres minéraux, jugés bien moins nocifs pour l’humain comme pour les fonds marins.

C’est notamment le type de filtre utilisé qui différencie les produits bios des produits conventionnels. Les premiers n’utilisent que des filtres minéraux tandis que les seconds utilisent généralement un mélange de filtres chimiques et minéraux.

Si la réglementation européenne autorise quelque 27 filtres UV dans les crèmes solaires, seuls deux d’entre eux sont des filtres minéraux. Il s’agit de l’oxyde de zinc et du dioxyde de titane : naturels, non-polluants et meilleurs pour la peau. Seul bémol : leur activité photoprotectrice est plus faible que celle des filtres organiques, puisqu’ils réfléchissent les UV sans pénétrer dans la barrière cutanée. Parmi les filtres chimiques autorisés, certains sont pires que d’autres : plusieurs sont allergisants, voire même suspectés d’être des perturbateurs endocriniens.

À noter que, si l’on opte pour un produit bio, mieux vaut s’assurer qu’il soit également efficace pour se protéger des UVA. En revanche, qu’il soit bio, naturel, ou conventionnel, un produit de protection solaire aura la même efficacité pour un même SPF.

Une bonne application

Une fois que l’on a choisi la bonne crème, faut-il encore l’utiliser dans les meilleures conditions. Les dermatologues conseillent d’appliquer le produit en quantité suffisante et de manière homogène. Avec ensuite une ré-application régulière toutes les deux heures, voir plus souvent, surtout si l’on a transpiré ou si l’on sort de l’eau.

À noter toutefois que la meilleure protection, rappellent les experts, ce n’est pas la crème solaire. Le mieux reste de limiter son temps d’exposition au soleil, de se protéger grâce aux vêtements. Chapeau et lunettes s’avèrent également indispensables.