Cet été, l’eau de cacao va-t-elle voler la vedette à l’eau de coco?

Cet été, l’eau de cacao va-t-elle voler la vedette à l’eau de coco?
Ph. Facebook

Si vous pensiez avoir tout goûté du cacao, c’était sans compter sur l’eau de cacao. Si l’on sait que le fruit du cacaoyer peut être utilisé de plusieurs façons – les fèves sont séchées pour être fondues en tablette, les éclats deviennent quant à eux du grué qui peut être infusé dans une crème, la cabosse peut être transformée en compost pour enrichir les cultures de cacaoyers en nutriments et augmenter les rendements, la matière première n’a pas encore été complètement optimisée.

Un jus, particulièrement désaltérant et goûteux

Selon un industriel, Oded Brenner, environ 70 % du fruit est considéré comme un déchet, d’après des révélations confiées au média spécialisé Food Navigator. Le patron a ainsi envie de démontrer que l’on peut davantage rentabiliser la culture du cacaoyer en utilisant tous les composants de sa fameuse cabosse. Pour ce faire, il a sculpté les contours d’une nouvelle marque américaine baptisée Blue Stripes. En juillet prochain, un tout nouveau produit de sa gamme sera référencé dans les rayons de Whole Foods, l’un des plus gros distributeurs anglo-saxons, et qui arrivera à point nommé avec les heures les plus chaudes de l’été : de l’eau de cacao.

C’est une extraction à froid de la pulpe entourant les fèves fraîches qui permet d’obtenir ce liquide acidulé. La marque assure que le jus est particulièrement désaltérant et goûteux. Et on la croit car consommer cette pulpe, que l’on appelle mucilage, n’est pas en réalité une tendance nouvelle. Les employés sud-américains qui récoltent les cabosses ont l’habitude depuis toujours de sucer cette matière blanche comme on savoure un bonbon.

Une nouvelle eau tendance à venir ?

On ne cesse de vanter les mérites nutritionnels du cacao, en rappelant toujours ses vertus antioxydantes mais aussi la présence de théobromine qui a des effets énergisants. Dans le cas de l’eau de cacao, on retrouverait ces deux qualités. Une briquette de 30 centilitres aurait des pouvoirs antioxydants deux fois plus élevés qu’une poignée de myrtilles. Cette boisson serait aussi la promesse de faire le plein en magnésium.

Voilà pourquoi la recette a déjà eu un écho auprès d’une catégorie de consommateurs : celle des sportifs. Aux États-Unis, les adeptes de salles de muscu ont déjà commencé à se partager le tuyau pour remplacer leur boisson énergétique trop sucrée, ravis qui plus est de préférer une alternative plus respectable de l’environnement à leur bouteille en plastique… « D’ici deux à trois ans, il y a aura davantage d’entreprises qui se lanceront sur le marché de l’eau de cacao », confie Oded Brenner.

Pour l’heure, en Europe, les consommateurs doivent se contenter d’infusion de cacao quand ils ont envie d’une boisson chocolatée autre qu’une tasse de chocolat chaud bien fumant (et calorique !).