Ces alternatives à Vinted pour revendre tout et n’importe quoi en seconde main

Ces alternatives à Vinted pour revendre tout et n’importe quoi en seconde main
Ph. Unsplash

« Tu ne le portes plus ? Vends-le ! », c’est le slogan de l’une des applications les plus populaires de Belgique, Vinted. Rassemblant à la grosse louche 1,75 million d’utilisateurs dans notre plat-pays, l’app permet de revendre les vêtements, mais pas seulement : jeux de société, livres, objets de décoration… tout y passe ! Néanmoins, des voix s’élèvent pour dénoncer un réseau social sur lequel il ne fait pas bon vivre, notamment lorsqu’il s’agit de négocier les prix ou de parler des modalités de livraison. Certaines alternatives à l’application qui domine le marché existent, et permettront aux plus réfractaires de mieux se retrouver lorsqu’il s’agit de vente de seconde main.

Depop

L’application mélange réseau social et plateforme d’e-commerce consacrée à la mode de seconde main. Le modèle attire de plus en plus la génération Z et risque bien d’exploser dans les prochains mois. Le créateur de la plateforme, Simon Beckerman, avait à cœur de proposer une app esthétique, qui fédère également sa jeune communauté autour de valeurs comme la préservation de l’environnement et la justice sociale. Le but de la plateforme est de mettre en avant les vêtements originaux, chinés dans les fripes. Et pour le côté social, on peut bien évidemment voir ce que ses proches mettent en vente. Bref, faire des jeunes de nouveaux e-commerçants est au centre du projet de Depop, qui offre une nouvelle expérience en matière de shopping.

Vestiaire Collective

Destiné à un public plus âgé que Depop, Vestiaire collective permet aux amateurs de pièces haut de gamme de se refaire une garde-robe. La plateforme met en avant des pépites de seconde main et, à la différence de Vinted, bénéficie d’une équipe qui s’assure de la conformité des vêtements avant qu’ils ne soient envoyés. « C’est un défi très excitant que d’essayer de réunir le meilleur des deux mondes et de transformer une plateforme d’e-commerce tout en mettant en avant son ADN mode, durable et technologique », expliquait sa vice-présidente Vanessa Masliah. Vous l’aurez compris, il s’agit là d’une belle opportunité de dégoter des pièces de luxe à des prix cassés !

Ph. Getty Images

Momox

Grâce à momox, vendre un livre, un CD ou un jeu vidéo n’a jamais été aussi simple : il suffit d’entrer le code ISBN ou de scanner directement le code-barres de l’objet pour déterminer sa côte et son prix. De la sorte, Momox est un véritable acteur de l’économie circulaire et offre aux acheteurs des prix extrêmement avantageux, pour des objets qui traînent parfois au fond de nos armoires depuis des années. Nos confrères du Dauphiné Libéré rapportaient il y a peu que l’application comptait quelque 1,8 million d’utilisateurs pour 4 millions de produits en ligne.

Facebook Marketplace

Le Facebook Marketplace n’a pas que des bons côtés, mais il a au moins l’avantage d’offrir une large gamme de produits, dépassant de loin le spectre des vêtements de seconde main. Il prend le relais de certains autres sites web très utilisés par le passé, mais qui sont devenus un peu archaïques. Toutefois, prenez garde : il est devenu un nid à arnaques et les personnes qui tentent de profiter de votre inadvertance sont nombreuses. Privilégiez toujours une vente en présentiel lorsque vous réalisez ce genre d’achats et, si vous passez par une société de transport, contactez directement le numéro officiel de celle-ci.