[Test] Road 96: un roadtrip atypique et marquant sur Switch et PC

[Test] Road 96: un roadtrip atypique et marquant sur Switch et PC

La dernière fois que nous avons croisé la route de Yoan Fanise, c’était à la rentrée 2018, au Parlement européen, pour la sortie de 11-11 Memories Retold. Trois ans plus tard, cet ancien d’Ubisoft qui a tout quitté pour fonder son propre studio indépendant, DigiXart, est de retour avec troisième titre : le mystérieux Road 96.

Disponible depuis ce 16 août sur Nintendo Switch et PC, Road 96 se déroule durant l’été 1996. Vous incarnez un adolescent fugueur qui prend la route pour fuir l’État fictif de Petria qui est en train de basculer dans le totalitarisme. Avec le peu d’argent que vous avez en poche, votre objectif est de partir un bon millier de kilomètres pour atteindre « la frontière ». Vous êtes libre de faire de l’auto-stop, de prendre le bus, de voler une voiture ou de préférer marcher le long de la route. Mais chacun de vos choix influencera votre aventure et vos rencontres. Road 96 est un jeu narratif, basé sur des choix et des prises de décisions qui ont un réel impact sur l’aventure. Bien que ce soit deux jeux très différents, on y retrouve un petit quelque chose de Life is Strange, dans les messages véhiculés, l’esthétisme ou encore dans l’importance de la bande-son.

Un ovni vidéoludique

Après 2h de jeu, vous atteindrez « la frontière » pour la première fois. Comme dans Detroit Become Human, il n’y a pas de bon ou de mauvais choix, mais des fins plus heureuses que d’autres. Le jeu est pourtant loin d’être fini. Il ne fait même que commencer. Vous vous lancerez ensuite dans le même périple, mais via un autre itinéraire, en incarnant un autre ado fugueur. Cela vous permettra de faire des nouvelles rencontres, de croiser la route de nouveaux personnages, de mieux découvrir des persos déjà rencontrés, ou encore d’acquérir des nouvelles compétences qui influenceront vos prochaines parties.

Road 96 est un véritable ovni. Il ne ressemble à aucun autre jeu. Au début, il peut être un peu déstabilisant, mais plus on y joue et on le découvre, et plus on l’apprécie. Le moteur graphique n’est pas toujours convaincant mais la narration et l’ambiance prennent le dessus et permettent au joueur de vivre une aventure atypique et originale. Il y est question d’engagement, de politique, de résistance et de manipulation. Les choix forts à effectuer impliquent le joueur et le plonge dans une aventure marquante à bien des égards.