Test de Pokémon Écarlate/Violet: Le meilleur de Pokémon dans un monde ouvert

Test de Pokémon Écarlate/Violet: Le meilleur de Pokémon dans un monde ouvert

Dire que Pokémon Arceus nous avait déçus début 2022 est un euphémisme. C’est donc avec une certaine appréhension que nous avons lancé Pokémon Écarlate. Cependant, nos doutes ont rapidement été balayés. Tout d’abord, c’est bien lui le premier Pokémon à être réellement en monde ouvert et ça change tout ! La carte est grande et variée et il n’y a aucun temps de chargement entre les différentes zones. De la mini-map aux objectifs à suivre, on y retrouve tous les éléments constitutifs des open-world modernes et cela fait vraiment plaisir de (re)découvrir l’univers de Pokémon de la sorte.

Bienvenue à l’Académie Orange

Au-delà d’évoluer dans un cadre coloré, chatoyant, voire parfois carrément paradisiaque, les développeurs ont réussi à créer un monde convainquant et un scénario intéressant. Alors évidemment, comme depuis 25 ans, l’aventure commence dans notre chambre. On descend et on parle à notre maman avant de quitter la maison pour devenir un dresseur de Pokémon. On ne change pas les bonnes vieilles habitudes ! C’est après qu’il y a du changement. Votre personnage intègre l’Académie Orange, une grande et prestigieuse école qui n’a rien à envier à Poudlard ! Vous allez pouvoir y faire des rencontres, mais aussi suivre des cours pour tout apprendre sur les Pokémon.

Le plaisir d’un vrai monde ouvert

Monde ouvert oblige, vous allez pouvoir vous balader librement et faire un peu ce que vous voulez. Et pour une fois, il y en a des choses à faire. L’aventure se divise en trois grands arcs narratifs. Le premier n’a rien de très original. Il faudra battre les dresseurs de huit arènes pour espérer devenir un maître dresseur. Petite nouveauté néanmoins, il faut passer des examens d’entrée qui sont parfois vraiment très originaux. Cela vient dépoussiérer le concept des arènes et c’est tant mieux !

Vous pouvez également décider de partir sur les traces de Pokémon géants, les « Dominants ». Il y en a cinq à découvrir et à battre. À chaque fois, cela vous permettra de débloquer une nouvelle capacité le Pokémon légendaire qui vous sert de monture pendant toute l’aventure. Au fil des heures de jeu, il pourra ainsi sauter, planer ou encore nager, ce qui vous permettra d’accéder à des nouvelles zones de la carte. Enfin, vous pouvez tenter de démanteler la Team Star, une sorte de gang constitué d’anciens élèves de l’école et qui vous donneront du fil à retordre. Le jeu nous a même étonnés en abordant de manière transversale dans l’aventure le harcèlement scolaire.

Attrapez-les tous !

À côté de ces activités qui vous occuperont déjà pendant un bon nombre d’heures, vous pouvez évidemment tenter de remplir votre Pokédex et capturer les Pokémon qui vous permettront d’avoir l’équipe parfaite et la plus performante. Bonne nouvelle : Pokémon Écarlate/Violet intègre la 9e génération de Pokémon et il y a donc plein de nouvelles créatures surprenantes à découvrir. Au total, le jeu comporte ainsi près de 400 Pokémon différents.

On aurait aussi pu vous parler de la Téracristallisation, de la possibilité d’organiser des pique-niques et de « cuisiner », ou encore de la personnalisation, assez poussée, de son personnage. Mais nous allons vous laisser ces surprises.

Là où le bât blesse

Si Pokémon Écarlate nous a emballés, tout n’est pas parfait. Le jeu pêche notamment par sa technique. Même si elle est capable d’en faire (par exemple avec Monster Hunter Rise), on n’attendait pas de miracles de la part de la Switch, sortie il y a cinq ans et demi et qui commence à se faire vieillissante. Pourtant, on a quand même été déçus. Parfois, le jeu sait se montrer plutôt joli. C’est le cas dans la modélisation des Pokémon, des accessoires et des équipements ou encore des… plats et des sandwichs qu’il est possible de préparer pour redonner des forces à ses troupes. Mais à côté de ça, le jeu peut aussi se montrer indigne de 2022. On pense notamment aux textures du sol, des rochers ou des arbres. Le pire du pire ? Les ombres des Pokémon qui sont une bouillie de pixels.

Autre souci technique : des bugs d’affichage notamment à cause du mauvais positionnement de la caméra lors de certains combats. Ce qui est embêtant, c’est que nous avions déjà rencontré les mêmes problèmes sur Arceus, quelques mois plus tôt. Tout laisse donc penser qu’il faudra attendre un nouveau modèle de la Switch, plus performant, pour avoir expérience graphique et technique améliorée et digne de ce nom. C’est dommage mais cela ne nous a pas empêchés de passer du (très) bon temps sur Pokémon Écarlate.

Le renouveau est en marche

Pokémon Écarlate/Violet frappe un grand coup. Ce nouvel opus nous a captivés pendant plus d’une vingtaine d’heures. On y retrouve le meilleur de ce qui constitue l’univers de Pokémon depuis 25 ans dans un monde ouvert varié et agréable à parcourir. C’est tout simplement le meilleur jeu Pokémon auquel nous avons joué ces dernières années. Il dispose de cette capacité à plaire aussi bien aux trentenaires nostalgiques qui ont grandi de près ou de loin avec la saga, qu’aux plus jeunes qui découvriront un univers merveilleux et enchanteur. Malgré une technique limitée qui ne lui rend pas toujours honneur, Pokémon Écarlate/Violet pose les bases du futur du Pokémon et il s’annonce radieux ! 4,5/5

-> Quelles sont les différences entre les versions Écarlate et Violet ?

Comme chaque édition, ou presque, depuis 25 ans, ce nouveau Pokémon débarque en deux versions : Écarlate et Violet. Cette fois, le choix est peut-être un peu plus important que d’habitude puisqu’il vous accompagnera tout au long de votre aventure ! Avec la version Écarlate, c’est le Pokémon légendaire Koraidon qui vous servira de monture. Dans la version Violet, c’est Miraidon. Pour le reste, il s’agit de trois Pokémon exclusifs à chacune des versions. Pour faire votre choix, choisissez donc la pochette qui vous plaît le plus, elle représente le Pokémon qui vous accompagnera !