Le nouveau God of War Ragnarok est-il vraiment le jeu de l’année?

Le nouveau God of War Ragnarok est-il vraiment le jeu de l’année?

Quatre ans après God of War, Kratos et son fils sont de retour dans God of War Ragnarok qui sort ce 9 novembre sur PS4 et PS5. Si vous avez loupé le premier épisode ou si vous avez besoin de vous rafraîchir la mémoire, les développeurs ont eu la bonne idée de proposer dans le menu principal un résumé sous la forme d’une cinématique de quelques minutes.

Deux conseils avant de jouer

Pour les joueurs qui découvriront God of War avec Ragnarok, cela reste quand même un peu léger, tant l’univers est riche et difficilement résumable en une poignée de minutes. Premier conseil : il est donc préférable (mais pas obligatoire) d’avoir joué au God of War de 2018 avant de jouer à Ragnarok. Cela vous permettra d’apprécier encore un peu plus l’histoire. Second conseil, plutôt sous la forme d’un rappel : God of War Ragnarok n’est pas à mettre entre toutes les mains. C’est un jeu brutal et violent. On parle quand même d’un gars qui se balade avec une tête décapitée accrochée à la ceinture. Évitez donc d’offrir God of War Ragnarok à votre neveu de neuf ans à Noël !

Plongée dans la mythologie nordique

Place au jeu maintenant. Dans cette suite, on retrouve donc Kratos, le dieu spartiate de la guerre, et son fils Atreus. Ce dernier a grandi et est désormais un adolescent qui doit faire des choix, des erreurs et apprendre. Dans Ragnarok, le parcours initiatique d’Atreus se poursuit et, entre colère et tendresse, le duo père-fils fonctionne toujours aussi bien. Sans vous dévoiler le scénario, Ragnarok offre une plongée dans la mythologie nordique avec notamment des noms et des visages connus comme Thor et Odin. Et attendez-vous à ce qu’il y ait du rififi entre les dieux !

Un cocktail parfait entre action et narration

Côté gameplay, God of War Ragnarok repose sur la même base que l’épisode précédent. L’aventure est un savant mélange entre des combats épiques, des phases d’exploration et des résolutions d’énigmes et de puzzles qui vont donneront parfois bien du fil à retordre. Composé de neuf royaumes à explorer séparément, God of War Ragnarok n’est pas un jeu en monde ouvert. Cela ne l’empêche pas de proposer une grande liberté d’action aux joueurs. On peut ainsi se « contenter » de suivre l’aventure principale, mais on peut aussi choisir de remplir un tas de quêtes annexes et de rendre des services à la population. Parfois, God of War Ragnarok peut se montrer très bavard et il y a des heures de dialogues et de cinématiques, impossibles à passer. Mais la qualité de l’écriture est au rendez-vous et Ragnarok propose un scénario riche, profond et envoûtant.

Enfin, le jeu propose toujours une dimension RPG avec notamment des armes, des armures et des équipements à débloquer et à améliorer, mais aussi des compétences à acheter et des choix à effectuer pour privilégier par exemple la force ou la défense de son personnage.

Des panoramas à couper le souffle

Graphiquement, God of War Ragnarok envoie du lourd, en tout cas sur la version PS5 que nous avons testée ! Les textures sont magnifiques et le jeu offre des panoramas à couper le souffle. Lors de ce voyage, on en prend plein les yeux, notamment grâce à des biotopes très différents à explorer. Après des combats acharnés, on passe parfois par des purs moments de contemplation, où on se laisse bercer à simplement admirer le paysage d’un nouveau lieu découvert. La réalisation est grandiose, visuellement mais aussi dans les doublages et la musique. Cerise sur le gâteau, nous n’avons rencontré aucun bug. L’expérience est d’autant plus appréciable sur PS5 puisque les rares temps de chargement sont quasi instantanés et que la console ne fait aucun bruit en faisant tourner ce petit bijou.

Si God of War Ragnarok est très beau, deux ans après la sortie de la PS5, on se dit que le potentiel de la console n’est pas encore totalement exploité. Cela est certainement dû au fait que le jeu a aussi été développé sur PS4. C’est une bonne nouvelle pour des millions de joueurs mais un peu moins que les heureux possesseurs d’une PS5. Nul doute qu’on reverra God of War Ragnarok encore plus beau d’ici quelques années dans une version remastérisée. Même constat au niveau de la manette DualSense. Ses fonctionnalités sont évidemment prises en charge avec notamment des vibrations ultra-précises, mais on sent que tout son potentiel n’a pas été exploité.

Une durée de vie impressionnante !

Concluons ce test en répondant à une question que beaucoup de joueurs vont se poser : comment de temps faut-il pour finir God of War Ragnarok ? Le jeu nous a tenus en haleine pendant de longues heures. En suivant la trame principale et en remplissant uniquement quelques quêtes secondaires, il nous aura fallu 25h pour arriver au générique de fin. Mais une fois que c’est fait, le monde de Ragnarok reste ouvert et peut continuer à être exploré librement. Le jeu regorge encore de lieux et de secrets à découvrir. Comptez ainsi plus de 50h pour terminer Ragnarok à 100 %. De quoi vous occuper et vous tenir chaud pendant les longues soirées d’hiver !

Le jeu de l’année 2022 ?

Tantôt marrant avec ses personnages hauts en couleur, tantôt émouvant dans les relations qu’il dépeint, souvent brutal et violent dans ses combats, God of War Ragnarok est un jeu unique et attachant qui fait vivre une aventure époustouflante aux joueurs. Au-delà de son histoire et de son écriture de haut vol, God of War Ragnarok brille par ses graphismes, sa réalisation et sa durée de vie. Un jeu excellent, épique, mémorable et indispensable sur PS5 ! 5/5

Découvrez la bande-annonce de lancement :