Le loyer passe de 1€ à 48.000€ après un déménagement… dans le même bâtiment

Le loyer passe de 1€ à 48.000€ après un déménagement… dans le même bâtiment
Belga

On peut dire qu’il s’agit d’un déménagement extrêmement coûteux. La ville de Bruges doit déplacer un point d’information situé dans l’Historium d’une pièce à une autre, et devra passer d’un loyer d’un euro par an à un loyer de 48.000 € par an.

Depuis que l’Historium a ouvert ses portes sur la Grand-Place en 2012, un point d’information touristique a également ouvert dans le majestueux bâtiment. Pour cela, la ville a payé un loyer symbolique de seulement 1 euro par an. « Mais cet accord est arrivé à son terme cette année. Aujourd’hui, la ville paie un prix de 4 000 € par mois. C’est pour le moins interpellant », estime Raf Reuse, conseiller municipal chez Groen.

Un prix « défendable »

L’échevin du Tourisme Philip Pierins confirme qu’un nouveau contrat de location a été conclu. « Mais c’était lié au déménagement dans un autre espace du bâtiment, juste à côté de l’entrée, au début de cette année », précise M. Pierins. « Au final, l’emplacement précédent n’était pas idéal. Les visiteurs devaient d’abord traverser le bâtiment avant d’arriver à notre comptoir, ce qui était déroutant. Le fait que celui-ci ait été déplacé à l’arrière du bâtiment à cause des mesures Corona n’a pas non plus constitué une amélioration. L’Historium et moi-même étions donc favorables au déménagement. C’est un coût qui se justifie. »

Selon lui, le prix de ce loyer n’est certainement pas trop élevé et est tout à fait défendable, comme il l’explique à nos confrères du Nieuwsblad : « Ce prix comprend tous les frais, à commencer par le chauffage et l’ameublement. C’est le point d’information le plus populaire de la ville donc je ne comprends pas que l’on conteste le montant. Il s’agit toutefois d’une solution temporaire, puisque l’on attend qu’une opportunité se présente pour obtenir un emplacement permanent. »

Mais la pilule ne passe pas du côté de Raf Reuse : « Cela pourrait sembler juste, sauf que nous avons subventionné l’Historium à hauteur d’un million € pour obtenir la création de ce point d’information. Aujourd’hui, on passe donc à la caisse une deuxième fois. N’est-ce pas absurde ? »