A la rue, cette femme doit faire sa quarantaine dans une cabine téléphonique pendant un mois à Shanghai

A la rue, cette femme doit faire sa quarantaine dans une cabine téléphonique pendant un mois à Shanghai
AFP / H. Retamal

Depuis plusieurs semaines, la situation sanitaire se complique en Chine, qui est confrontée à une recrudescence de cas de Covid-19. Et comme depuis le début de la pandémie, le pays applique une politique particulièrement stricte à ses habitants, afin d’endiguer autant que possible la propagation du virus.

Le mois dernier, certaines grandes villes avaient donc imposé une quarantaine aux habitants. Suite à l’annonce de ce confinement, une femme en difficulté financière n’a plus eu d’endroit où loger, et a donc décidé de s’installer dans une cabine téléphonique avec son chien.

Pas un cas isolé

Vice rapporte qu’il s’agirait d’une travailleuse immigrée d’une cinquantaine d’années qui sortait de temps à autre pour promener son chien ou pour aérer sa couverture. Cette situation, qui a duré plus d’un mois, a attisé la colère des locaux sur les réseaux sociaux, sans que rien n’évolue.

Le professeur Pun Ngai, de l’université Lgnan à Hong Kong raconte à nos confrères de Vice que cette histoire est loin d’être un cas isolé : « De nombreux travailleurs immigrés vivent au jour le jour et comptent sur leurs employeurs pour leur fournir un logement et de la nourriture. Avec la plupart des usines et des magasins fermés, ces derniers sont livrés à eux-mêmes. »