Il crée une improbable mise en scène pour couvrir son meurtre, une appli de fitness le trahit

Il crée une improbable mise en scène pour couvrir son meurtre, une appli de fitness le trahit
Ph. Instagram

L’histoire avait provoqué l’émoi en Grèce. Le 11 mai dernier, Babis Anagnostopoulos a déclaré devant les caméras de télévision comment sa femme, Caroline Crouch, avait été sauvagement assassinée par trois voleurs qui s’étaient introduits dans la maison du couple à Athènes.

L’homme, ligoté dans la pièce à côté, explique entendu toute la scène pendant que sa femme se faisait étrangler par les intrus devant leur petite fille. La violence et la cruauté émanant de cette déclaration avaient effrayé les Grecs qui ont soutenu l’homme de 33 ans.

Trahi par une montre de sport

Cependant, la police a commencé à avoir des soupçons sur toute son histoire. Pour plusieurs choses : il y avait peu de traces dans la maison pour un vol aussi brutal, la caméra de surveillance s’est éteinte plusieurs heures avant le vol présumé et les données de son téléphone ont montré qu’Anagnastopoulos se déplaçait dans la maison pendant la période où il était supposé être attaché. Mais l’indice le plus important venait tout droit de la montre de sport que portait la jeune mère. Il a cessé d’enregistrer les battements de cœur quelques heures avant le vol.

Les preuves étaient dès lors suffisantes pour que la police arrête Babis Anagnostopoulos mercredi lors d’une commémoration en hommage à sa femme disparue. « Je me considère chanceux de l’avoir connue et qu’elle m’ait aimé. Et avec tous les moments que nous avons eus ensemble. » Des images d’Alpha TV le montrent en train d’embrasser la mère en deuil de sa femme assassinée.

Les invités ont soudain vu la police emmener brusquement l’homme à la fin de l’office. Selon la police, il a finalement avoué avoir tué sa femme après un interrogatoire de huit heures. Il a expliqué qu’après une dispute, elle a menacé de le quitter, Babis Anagnostopoulos a déclaré qu’il avait perdu la tête avant de la tuer. Il a également noyé leur chien et l’a suspendu à une balustrade pour renforcer son récit de la brutalité des voleurs.