Elle gagne 60.000€ en vendant ses culottes et serviettes hygiéniques usagées à des fétichistes

Elle gagne 60.000€ en vendant ses culottes et serviettes hygiéniques usagées à des fétichistes

D’endettée à un compte en banque à cinq chiffres grâce à ses culottes. C’est l’histoire un peu folle de Yasmina*, ancienne femme de ménage, qui a réussi à gagner plus de 50.000£ (environ 59.000 euros) en s’intéressant aux ventes fétichistes. Grâce à ce marché parallèle, la Londonienne de 24 ans a pu s’enrichir en vendant ses culottes, ses cheveux, ses ongles d’orteil ou encore ses serviettes hygiéniques.

Un parcours étonnant pour cette jeune femme qui a embrassé cette voie en 2016 lorsque son compte en banque affichait -6.000£ (environ 7.0000 euros). « Je travaillais comme femme de ménage mais j’étais fatiguée de la façon dont j’étais traitée. Cela me rendait littéralement malade, j’étais dans une situation financière critique et j’en avais marre. J’avais entendu parler de ’vendre des sous-vêtements usés en ligne’ des années auparavant, et un jour j’ai pensé que j’allais essayer de gagner de l’argent », racontait-elle au Sun.

« Les demandes d’articles comprennent des culottes, des chaussettes, des soutiens-gorge, mais j’ai vendu des serviettes hygiéniques, de l’urine, des cheveux, des copeaux de pieds, des bikinis et même des ongles. Ils demandent, je vends. J’ai vendu des choses à des personnes célèbres mais, pour des raisons évidentes, je ne peux pas dire leur nom. Surtout qu’ils voulaient bien plus que ma culotte », ajoutait-elle. Lorsqu’elle vend une culotte, elle doit la porter pendant une semaine pour l’user parfaitement et satisfaire ses clients, indique Sudinfo.

Un « cochon payeur »

Yasmina gagne essentiellement son argent grâce à un homme. Un « cochon payeur » qui soutient son mode de vie. « Il a payé mes courses et plus de 6.000 euros d’articles ménagers et de meubles, de vêtements et de chaussures. Il envisage même de m’acheter une voiture. Tout ce que je veux, il le paie. Il a même payé des vacances pour moi et mon petit ami dans une villa de luxe avec notre propre chauffeur, des restaurants haut de gamme », décrit la jeune femme qui insiste cependant sur un point : elle ne l’encourage pas à payer plus qu’il peut. « Il aime juste être contrôlé financièrement ».

Si Yasmina ne s’étend pas sur son travail auprès de ses proches, elle encourage néanmoins les autres femmes à suivre cette voie pour gagner leur vie. « Que ce soit pour de l’argent supplémentaire ou à temps plein, c’est de l’argent facile et vous pouvez trouver, comme moi, un cochon payeur qui vous paiera tout ! »