À 36 ans, il a déjà dépensé près de 12.000 euros en tatouages

À 36 ans, il a déjà dépensé près de 12.000 euros en tatouages
Ph. Instagram

Depuis tout petit, on a toujours demandé à Heywood Taylor ce qui n’allait pas avec son visage. Les autres enfants prenaient sa tache de naissance pour un bleu ou une brûlure. Il n’avait jamais eu honte de ça jusqu’à la fin de son adolescence où il a commencé à devenir un peu paranoïaque.

« Je me souviens que je devenais très paranoïaque en public et que je me sentais mal à l’aise, non pas parce que les gens allaient ou avaient déjà dit quelque chose, mais simplement parce que les gens me regardaient », explique le photographe et vidéaste au Mirror, cité par Sudinfo. « Je me sentais mal à l’aise à l’adolescence, comme beaucoup de gens, et les regards de la tache de naissance ont renforcé cette anxiété maladive. »

«J’aime cette petite chose rouge»

Finalement, en reprenant le sport et en couvrant d’œuvres d’art les parties les plus visibles de son corps, il a réussi à « reprendre le contrôle ». « Je reprenais peu à peu confiance en moi et après quelques années, j’avais appris à croire à nouveau en moi, et avec un bon coup de pouce de l’ego, j’ai pris confiance. J’avais déjà eu quelques tatouages auparavant, mais une fois que je me suis mis en meilleure forme et que ma confiance a augmenté, je me suis senti plus à l’aise pour commencer à me faire tatouer davantage. »

Au plus il se faisait tatouer, au plus le jeune homme reprenait confiance en lui. Après des années de galère et d’anxiété, il déclare qu’il ne s’est « jamais senti aussi à l’aise » avec son apparence que depuis qu’il a des tatouages sur son visage. Il a dépensé plus de 10.000 livres (11.500 euros) en tatouage. « La seule chose qui a changé pour moi dans ma relation avec ma tache de naissance, c’est que je ne suis plus anxieux à son sujet. J’aime cette petite chose rouge, elle m’a façonnée de manière bien plus positive que négative. »