Ce plat traditionnel de Noël coûtera plus cher cette année

Ce plat traditionnel de Noël coûtera plus cher cette année
Ph. GMVozd / Getty Images

Au cours de cette saison 2021-2022, l’Europe a fait face à une épizootie d’Influenza aviaire qui décime les élevages de volaille. D’après l’EFSA, 46 millions d’oiseaux ont été abattus dans les établissements affectés par cette infection virale très contagieuse provoquée par des oiseaux sauvages. En août dernier, 13 pays européens étaient encore touchés par cette crise sanitaire sans précédent, qui n’a aucune incidence sur la santé de l’Homme. En France, le comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (CIFOG) avait déjà alerté en prévenant que l’offre de foie gras s’en verra limitée tandis que le mets coûtera aussi plus cher. La raison : des volatiles ont été abattus dans les élevages infectés, mais aussi de manière préventive dans d’autres. En conséquence, le nombre de volailles est plus limité.

Les prix s’envolent

En attendant que la situation ne revienne à la normale d’ici le deuxième semestre 2023, selon les projections du Cifog, les prix des volailles augmentent, alors que dans quelques semaines les Européens choisiront les espèces adaptées au menu traditionnel de leur pays. D’après une étude du réseau d’investissement social eToro qui a consisté à relever les prix dans les grandes chaînes de supermarchés locales d’onze pays du monde, afin de repérer le coût des recettes habituellement servies à Noël, l’oie rôtie allemande devrait être la tradition culinaire la plus coûteuse. Le ticket de caisse comprend le coût de chaque ingrédient pour quatre personnes. Il s’élève à 66,53 euros en Allemagne quand les pays préférant la dinde de Noël auront des dépenses moins importantes, comme en Espagne (60,74 euros), aux États-Unis (44,20 euros), en France (40,96 euros) et au Royaume-Uni (32,40 euros).

Tout dépend de la recette

Cependant, il faut souligner que le coût d’un plat de Noël peut largement varier selon la recette choisie et le type d’ingrédients tandis que la garniture, mais aussi la présence d’une farce, peuvent faire augmenter le montant du ticket final. En France, la recette de dinde prise en compte dans cette étude intègre par exemple des châtaignes ainsi que des foies de volaille, mais la volaille festive n’est pas toujours servie de la sorte, et peut être présentée sur la table simplement rôtie (et généreusement arrosée de jus de cuisson).

Au-delà du lien entre la crise aviaire affectant les élevages de volailles européens et les prix en hausse des recettes traditionnelles de Noël, cette étude permet aussi de repérer d’autres traditions culinaires. On apprend ainsi que les Italiens célèbrent ce moment familial en dégustant des tortellinis dans un bouillon.

Retrouvez toute l’actu sur metrotime.be