Tomorrowland: Sporting Belgique vs FC Reste du Monde

Tomorrowland: Sporting Belgique vs FC Reste du Monde

L'équipe belge

Si les Belges avaient dû s'aligner à Tomorrowland dans un match de football contre les plus grands DJ étrangers, nous aurions eu dans ce cas deux capitaines: Dimitri Vegas et Like Mike. Les deux frères originaires de la région ont été pris sous l'aile des organisateurs dès la création du festival et sont depuis devenus des célébrités dans leur genre. Le duo peut œuvrer en Main Stage, mais occupe aussi sa propre scène, «Generation Mash». Ce privilège est aussi réservé à Netsky, Lost Frequencies et The Magician.

La raison pour laquelle notre pays est un tel vivier pour la musique électronique qu'on aime s'explique en partie par le rôle de pionnier que la Belgique a joué dans ce genre musical. Pas de Tomorrowland sans, notamment, le label Bonzai qui fêtera ses 25 années d'existence pendant le festival. Côté rétro à la belge, citons encore le nostalgique I Love The 90's et les gardiens de la retro house Age of Love. De plus, The Sound of Belgium va rendre hommage à l'histoire de la scène dance belge et les pirates du Belgische Feestgedruis vont aussi hisser leur drapeau sur De Schorre. Des gens comme Yves V et Yves Deruyter n'ont, par exemple, plus besoin d'un GPS, car ils sont là depuis la première édition.

Outre les vedettes belges et quelques vieux de la vieille, des noms plus nouveaux ont aussi l'occasion de partager l'affiche à Boom. Amelie Lens et Charlotte De Witte ont déjà de l'expérience au compteur, mais attirent chaque année de plus en plus de monde, ce qui à son tour ouvre de plus en plus de portes à l'étranger. Elles peuvent aussi prendre les petits jeunes sous leur aile. C'est ainsi que le jeune Bruxellois Henri PFR a fait ses premiers pas en direction de la Mainstage et que le groupe belge Stavroz a été invité pour rendre les gens heureux avec leur vibe organique. À noter que cette année encore il y a un chef-coq derrière les platines. Nick Bril est en journée aux fourneaux de The Jane, le restaurant de Sergio Herman, mais se débrouille très bien aussi aux platines en soirée!

Les adversaires du reste du monde

Dressez la liste des vedettes qui descendent sur Tomorrowland et vous obtenez l'équivalent du Real Madrid ou de Barcelone dans le monde de la musique électronique. Vous n'êtes quelqu'un qu'à partir du moment où vous pouvez venir à Boom. Un aperçu non exhaustif des maîtres DJ qui y seront présents: David Guetta, Martin Solveig, Dave Clarke, Armin Van Buuren, Tiësto, Steve Aoki, Joris Voorn, Adam Beyer, Martin Garrix, Fatboy Slim, Paul Kalkbrenner, Eric Prydz, etc. La liste est interminable.

David Getta Ph. Belga / J. Roosens

C'est ce rassemblement de talents qui persuade les DJ de revenir chaque année en Belgique. La concurrence entre eux, associée au public follement enthousiaste et au cadre féerique, incite aussi certains artistes à se lancer dans des expériences spéciales. C'est ainsi que cette année on assistera à nouveau à des B2B-sets, où deux DJ se remplacent mutuellement après quelques morceaux, pour annoncer de nouvelles collaborations ou pour sortir de leur zone de confort et utiliser un alter ego. C'est ainsi qu'Afrojack a déjà joué sous son nom de «Nick van de Wal» les Tomorrowland Breakday Sessions. Cette année, ce sont les artistes Cirez D, Mescal Kid, NWYR, Gouryella et Dakota qui sont programmés. Autant de pseudos de DJ connus qui veulent montrer autre chose que ce qu'attend le public.

Si vous placez autant d'artistes à votre affiche, vous allez involontairement aussi créer des combinaisons originales. Il y a ainsi différentes paires de DJ qui mixent ou ont mixé. L'année passée, Adam Beyer a mixé avec sa femme Ida Engberg. Cette année, Niels Feijen joue côte à côte avec LYA et VISION MACHINE avec NATASJA. Le DJ néerlandais Unders vient avec sa dame berlinoise Britta. Un fait unique dans l'histoire de Tomorrowland, un père, Delafino, qui partage son amour de la house avec sa propre fille, Luna Fino. Et le flambeau sera transmis à un endroit très particulier, sur la «LEAF», la scène la plus durable du festival.