Balenciaga est-elle allée trop loin ? La marque est accusée d’avoir hypersexualisé des enfants

Balenciaga est-elle allée trop loin ? La marque est accusée d’avoir hypersexualisé des enfants
Ph. Balenciaga

Ces dernières années, Balenciaga nous a habitués à sortir des sacs, des chaussures et des vêtements originaux et décalés, pour ne pas dire moches, à des prix particulièrement élevés. Vendredi dernier, la marque française est sortie des sentiers battus en présentant « The Gift Shop ». Cette nouvelle collection est composée d’objets de maison et de décoration.

Une nouvelle collection de maison

On y retrouve une gamelle pour chien, un « vase sac à main », ou encore des rouleaux de ruban adhésif. Leur point commun : coûter une fortune et toujours avoir cette petite touche Balenciaga. Comptez 250 € pour un rouleau de ruban adhésif et 6.000 € pour le sac-vase.

Des nounours BDSM

Mais cette fois la marque serait-elle allée trop loin ? En effet, parmi les objets de cette nouvelle collection, on retrouve aussi des nounours avec des chaînes et des harnais issus de l’univers BDSM (« bondage, discipline, domination, soumission, sado-masochisme »). Balenciaga a notamment fait poser des enfants avec ces peluches.

Balengiaca a-t-elle hypersexualisé des enfants ?

La marque a rapidement été accusée par des internautes d’hypersexualiser les enfants. « Oui, ce sont des enfants qui tiennent des ours en peluche habillés façon BDSM », dénonce une internaute.

Face aux critiques, Balenciaga a pris la parole ce mardi 22 décembre. La marque a stoppé la campagne et a présenté ses excuses. « Nos sacs en formes d’ours en peluche n’auraient jamais dû être mis en scène avec des enfants dans cette campagne (…) Nous condamnons les abus sur les enfants et nous défendons leur sécurité et leur bien-être. », a indiqué Demna Gvasalia, le directeur artistique de la Balenciaga.

Retrouvez l’actualité sur Metrotime.be