Quels sont les enjeux de la COP27, qui démarre ce dimanche?

Quels sont les enjeux de la COP27, qui démarre ce dimanche?
Belga image

Quelque 45.000 participants sont attendus à la COP27, qui débute ce dimanche pour deux semaines à Charm el-Cheikh en Égypte. Parmi eux, figurent 120 chefs d’Etat et de gouvernement qui se réuniront lundi et mardi pour un sommet des leaders auxquels participera le Premier ministre belge, Alexander De Croo.

Quels enjeux ?

Suite à la COP26 qui s’est tenue à Glasgow l’an dernier, les dirigeants partout dans le monde avaient promis des efforts dans la lutte contre le dérèglement climatique. Pourtant, seuls 23 pays ont émis un nouveau plan avec de plus grandes ambitions. Rebecca Thyssen, chargée recherche en justice climatique au CNCD 11-11-11, se félicite du fait que des gros émetteurs comme l’Australie et l’Indonésie fassent partie de ces nations, mais estime toutefois que c’est toujours insuffisant. Le premier enjeu de cette COP27 serait donc que les dirigeants prennent conscience de l’urgence d’agir, et lient des actions concrètes à leurs promesses.

Le second enjeu n’est autre que la question des énergies fossiles. Une sortie de ce type d’énergie est inévitable si l’on veut, à terme, sauver notre planète. Pourtant, elle représente encore, avec le pétrole, le gaz et le charbon, 85 % du mix énergétique mondial. «  L’Égypte qui accueille la COP est un exportateur de gaz, elle fait partie d’un groupe de pays arabes et elle a clairement annoncé qu’elle voulait classer le gaz comme une énergie de transition. Ce qui est contraire à ce que l’agence internationale de l’énergie a dit, plus de gaz, plus d’énergie fossile pour respecter l’accord de Paris. L’Égypte veut profiter cette grand-messe internationale pour mettre en avant ses intérêts financiers », explique Rebecca Thyssen.

En troisième lieu, les pays industrialisés doivent venir en aide à ceux en développement afin qu’ils s’adaptent au dérèglement climatique. « Si on veut atteindre les objectifs climatiques, il faut que tous les pays de la planète prennent des engagements et les respectent. À Paris en 2015, ce n’était pas seulement des engagements pour limiter le réchauffement à 2 ºC mais aussi pour mettre sur les rails un fonds vert de 100 milliards de dollars par an à partir de 2020. Aujourd’hui, on en est seulement à 83 milliards en comptant large », détaille Arnaud Sacharie, secrétaire général du CNCD 11-11-11. Les pays en voie de développement demanderont certainement des dédommagements, voire des compensations.

« C’est une sorte d’assurance pour tous ces pays touchés de plein fouet par ces dommages importants et qui n’ont pas les moyens de réparer les dégâts, à l’image des inondations au Pakistan dont 1/3 du pays est sous eau ou de la corne de l’Afrique qui connaît une sécheresse historique. Mais une nouvelle fois, c’est un type de financement climatique pour lequel les pays occidentaux traînent les pieds. Heureusement, cela commence à bouger », conclut Arnaud Zacharie auprès de nos confrères de la RTBF.

Un climat tendu

La conférence de Charm el-Chekih va se dérouler dans un climat international particulièrement tendu, avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie et les tensions extrêmes qu’elle a générées entre le régime de Vladimir Poutine et les pays occidentaux membres de l’Otan. Il faudra donc voir si tout cela ne vient pas gâcher les conversations autour du climat de la COP27.