Les start-up ont le vent en poupe

Les start-up ont le vent en poupe
Ph. Unsplash

Selon Robert Walters, l’un des principaux cabinets de recrutement, 50 % des employés voudraient passer à une start-up lors de leur prochaine évolution de carrière. Alors qu’environ 40 % des personnes interrogées envisagent de changer d’emploi cette année, les analystes de Robert Walters mettent en garde contre la « grande démission d’entreprise », dans le cadre de laquelle les entreprises les plus établies risquent de perdre leurs meilleurs talents au profit de start-up émergentes à croissance rapide dont la culture est bien adaptée à un monde postpandémie.

Selon un nouveau rapport de Robert Walters – Act like a start-up and recruit the best talent – le nombre de professionnels travaillant dans des start-up a augmenté de 20 % au cours des 12 derniers mois, et ce chiffre devrait croître car les professionnels de la technologie, du marketing, des RH, du droit et de la finance sont tous très demandés par les entreprises à forte croissance.

« Après toute période de changement économique, nous assistons généralement à une vague d’activité entrepreneuriale ou de création d’entreprise – et je ne suis donc pas surprise d’entendre parler du succès de ces entreprises. Ce qui est intéressant, cependant, c’est la façon dont ces entreprises relativement nouvelles de 10 personnes parviennent à attirer certains des meilleurs talents de l’État loin des entreprises établies qui offrent des niveaux de sécurité d’emploi beaucoup plus élevés. Après la pandémie, nous avons assisté à un changement sismique dans ce que les professionnels attendent de leur employeur – un but, une culture et des personnes, placés au-dessus d’un salaire compétitif et de l’échelle d’entreprise bien tracée », commente Els Van Der Veken, directrice chez Robert Walters Belgique.

Progression de carrière rapide

La possibilité d’innover (47 %), d’entreprendre un travail intéressant (34 %), d’être exposé à un management ouvert et efficace (30 %) et de bénéficier d’un haut niveau d’autonomie (28 %) semble être les principaux facteurs qui attirent les professionnels vers une start-up. « En fait, c’est la structure plate et la nature évolutive de l’entreprise qui attire le plus les professionnels ambitieux – 52 % déclarant qu’ils passeraient à une start-up pour un salaire inférieur s’ils voyaient une opportunité de progresser beaucoup plus rapidement qu’au sein d’une entreprise », détaille Els.

Près de la moitié des professionnels (42 %) souhaitent travailler dans une culture qui les incite à donner le meilleur d’eux-mêmes, et un autre tiers recherche des employeurs dont les valeurs sociales correspondent aux leurs – qu’il s’agisse d’équité, de santé mentale ou d’environnement.

« La pandémie et les périodes prolongées de travail en vase clos ont poussé beaucoup d’entre nous à réévaluer notre façon de vivre et de travailler – et cela a amené les gens à vouloir être plus motivés et à faire quelque chose qui donne plus de sens à leur vie », estime Els. Par nature, les grandes entreprises peuvent être plus lentes à adopter des valeurs nouvelles et émergentes – elles préfèrent s’en tenir aux méthodes traditionnelles qui ont été un pilier pendant plus de dix ans. Les jeunes entreprises, en revanche, sont à l’écoute de ce qui est important pour leurs employés et agissent rapidement pour les aider à « faire leur part ».

Les start-up les plus attrayantes auront des fondateurs « visionnaires » – ceux qui n’ont pas peur de prendre position sur les questions sociales et qui sont fiers d’apporter leur « vrai moi » au travail chaque jour, conclut la directrice.