La Wallonie forme à la transition alimentaire

La Wallonie forme à la transition alimentaire
Belga / N. Maeterlinck

Ce plan, composé de 19 actions axées sur l’aide financière, la sensibilisation et la réglementation, a été adopté à l’initiative des ministres du développement durable, Céline Tellier, de l’Agriculture, Willy Borsus, et de l’Emploi et l’Économie Sociale, Christie Morreale, vendredi dernier.

« Food Wallonia » s’inscrit dans le sillage de la stratégie européenne « De la Ferme à la table », qui doit rendre l’alimentation plus saine et durable dans l’Union européenne. Il complète également la stratégie « Manger Demain », qui a posé les jalons de la vision du gouvernement wallon en matière d’alimentation durable.

À travers ses 19 mesures, le plan vise entre autres à améliorer l’accès à une alimentation de qualité dans les collectivités et/ou pour les ménages vivant dans la précarité, via notamment des ateliers cuisine, des collations soupes gratuites dans les écoles ou encore un coup de pouce financier aux cantines durables. Le gouvernement wallon entend également faciliter l’accès au foncier agricole en tant que facteur de production contribuant à un système alimentaire durable.

Plus largement, il s’agira « de soutenir toute la filière de production, transformation et distribution, de la ferme à l’assiette, pour mieux valoriser les produits locaux. »

Rendre le secteur plus attractif

Le gouvernement entend notamment structurer l’offre d’accompagnement, de formation et de test d’activité et revaloriser les métiers de l’alimentation afin de favoriser l’attractivité du secteur et la création d’emploi en lien avec un système alimentaire durable.

« S’il est un besoin essentiel et central, c’est bien celui de se nourrir. Or, notre sécurité alimentaire est extrêmement dépendante de la géopolitique et des marchés mondiaux », rappelle Céline Tellier, ministre en charge de l’Alimentation Durable. « Pour offrir aux Wallons et Wallonnes une alimentation saine et de qualité, nous devons soutenir et encourager toutes les actions de relocalisation alimentaire et assurer une coordination et de la cohérence entre les différentes mesures en place », conclut-elle.