Julie, 24 ans, profession: Customisatrice de sneakers

Julie, 24 ans, profession: Customisatrice de sneakers
Ph. Julie Dupont - Error Clothes

Julie Dupont va bientôt avoir 25 ans. Elle est originaire de Frameries, près de Mons. Vous l’avez peut-être déjà vu passer sur TikTok ou sur Instagram. Et pour cause, elle est spécialisée dans la customisation de sneakers. Rien ne la prédestinait à faire ce métier. Alors qu’elle suivait des études pour devenir assistante vétérinaire, Julie est entrée dans un programme lui permettant d’être à la fois étudiante et indépendante. « C’est comme ça qu’à côté de mes études, j’ai pu développer ma marque. J’ai obtenu mon diplôme mais début 2021, je me suis lancé en tant qu’indépendante pour me consacrer complètement à mon projet », raconte Julie qui se dit « customisatrice de vêtements et de chaussures ».

Avant d’être son métier, cela a d’abord été une passion. Julie personnalise des baskets depuis un peu plus de cinq ans. Au début, elle faisait ça pour se faire un peu d’argent de poche pendant ses études. Elle a d’abord commencé par personnaliser des vestes en fixant des patchs sur des vestes en jeans. « Je me suis rendu compte que j’aimais beaucoup prendre quelque chose de déjà existant et d’y ajouter ma touche pour le rendre unique ». De fil en aiguille, elle a commencé à dessiner sur les vestes puis elle s’est dirigée vers les sneakers.

11h de travail

D’un côté, elle réalise des projets personnels. Sur base des idées et d’un moodboard du client, Julie réalise une paire unique. Si par exemple, vous souhaitez un modèle qui scelle une amitié ou en l’honneur de votre famille, c’est possible. Elle prépare aussi des modèles personnalisés pour les enfants. L’un de ses projets qui a rencontré le plus de succès sur TikTok et Instagram est la paire custom « Creation of Adam ». « Cette paire m’a été demandée par une personne qui adorait l’art. Elle m’a demandé de recréer l’œuvre de Michel-Ange peinte sur le plafond de la chapelle Sixtine sur une paire d’Air Force 1 ». Cette création lui a demandé 11 heures de travail. « La première étape est d’enlever la fine couche d’imperméabilisation qui se trouve sur le cuir. Ensuite, je dessine au crayon, je recherche et prépare les couleurs idéales et je peins avec de la peinture acrylique. Je laisse sécher au moins une journée et je mets deux couches de finition à 24h d’intervalle. Cela permet que le dessin ne se dégrade pas avec le temps », détaille Julie d’Error Clothes.

Des modèles upcycling

Parallèlement, Julie propose de ce qu’elle appelle « des modèles upcycling ». Elle récupère des sacs de marques de luxe qu’elle démonte. Elle utilise la toile sur les chaussures. Vous pouvez ainsi avoir des Converse Gucci, des Vans Slip On Louis Vuitton ou des Air Jordan Dior. « Je rachète des sacs qui sont irréparables par les marques, notamment en deuxième main. Je nettoie correctement la toile puis je la découpe pour la poser sur des paires », détaille Julie. Ces modèles ont un certain coût car la jeune femme s’assure de l’authenticité des sacs. La paire la moins chère commence à partir de 399 € et on peut monter jusqu’à 725 € pour une paire de Doc Martens personnalisée avec des tissus de luxe.

Error Clothes possède aussi quelques modèles « signatures » comme les Nike à nœud. « Je m’inspire beaucoup de ce que je vois sur Pinterest et Instagram. J’avais vu passer des paires inspirées du bandana de 2Pac. J’ai repris le concept de ces tissus wax et tape-à-l’œil sur des baskets blanches. C’est parfait pour l’été », explique Julie. Elle a même été plus loin en impliquant sa maman, couturière dans le projet, en créant des bandeaux et des masques de protection assortis avec la paire. Pour une paire neuve de Nike à nœud préparée par Error Clothes, comptez 180 €.

Enfin, depuis peu, la jeune montoise se lance dans la personnalisation de sneakers de A à Z. « J’achète une Jordan One. Je la démonte. Je retiens juste la semelle et ensuite, avec différents cuirs et matériaux, je recrée une chaussure ».

Des étonnants sacs-ballon

Julie ne s’arrête pas au sneakers. Elle propose et confectionne aussi d’étonnants « sacs-ballons ». Ce sont des ballons de baskets qui sont découpés, équipés d’un fermoir, de sangles, de chaînes et d’une doublure à l’intérieur du ballon pour être transformés en sac à main. La transformation de ces ballons en sacs demande aussi beaucoup de travail. Mais le concept fait fureur après des abonnés à Error Clothes. « Dès qu’ils sont postés sur la page, ils sont vendus. J’aimerais bien approfondir ce produit car c’est quelque chose de nouveau et ça attire l’œil », nous indique Julie. Là aussi, Julie mise sur l’upcycling en essayant de trouver des ballons de qualité et des éditions limitées sur le marché de la deuxième main. Pour les tarifs, il faut compter entre 200 et 500 € en fonction du ballon choisi.

Depuis un peu plus d’un an, Julie enchaîne les projets et les heures de travail. Elle a déjà customisé une bonne soixantaine de paires. À l’heure actuelle, cette activité ne lui permet cependant pas encore de vivre et Julie habite encore chez ses parents. « Ce n’est pas très glorieux mais au moins, je fais ce que j’aime. Mon plus grand rêve est de pouvoir en vivre pleinement », conclut Julie.

Retrouvez le travail de Julie sur Facebook et Instagram (Error_Clothes) mais aussi sur TikTok (@ur_babyg)