Des chercheurs ont trouvé pourquoi certaines personnes parlent fort en visio

Des chercheurs ont trouvé pourquoi certaines personnes parlent fort en visio
Ph. Unsplash

Rompu à l’exercice de la visio depuis l’arrivée de la Covid-19, vous avez du mal à tolérer l’attitude de certains de vos collègues qui se mettent à parler très fort et/ou à gesticuler dans les tous sens, sans raison apparente. Mais détrompez-vous : il y a peut-être une explication à ce comportement un brin exubérant.

Ces collègues qui se mettent à parler fort

Une nouvelle étude menée par des chercheurs néerlandais en sciences cognitives s’est penchée sur ce curieux phénomène, vraisemblablement répandu. Et la raison de cette agitation soudaine derrière son écran d’ordinateur s’avère plutôt simple : plus la qualité vidéo d’une réunion en ligne se dégrade, plus on se met à parler fort.

« C’est finalement comme dans le monde réel : si vous parlez à quelqu’un dans un endroit très fréquenté où il y a beaucoup de bruit de fond, vous utilisez généralement des gestes pour appuyer votre discours et vous parlez plus fort », constatent les auteurs de la recherche.

Pour parvenir à de telles conclusions, ces derniers ont organisé des appels en visio avec une quarantaine de participants. Les volontaires étaient assis dans des pièces séparées et ont été invités à avoir une conversation informelle pendant 40 minutes. Au cours de l’appel, la qualité de la vidéo se détériorait progressivement, jusqu’à ce que l’image devienne « extrêmement floue ». Les chercheurs ont analysé attentivement la manière dont les participants parlaient et bougeaient tout au long de l’appel.

Un lien entre les gestes et la parole

« Même lorsque l’image était à peine visible, les gens ne cessaient pas soudainement de faire des gestes. C’est un peu comme lorsque l’on se parle au téléphone : on ne se voit pas et, au cours d’une conversation, on continue à bouger et à gesticuler », note James Trujillo, auteur principal de l’étude.

Cette recherche vise à démontrer le lien étroit et réciproque qui existe entre les gestes et la parole, axe d’étude essentiel dans les sciences du langage, en particulier l’aspect communicatif. « Les recherches futures sur la parole ne devraient pas se limiter à des facteurs tels que l’intensité sonore et le ton de la voix, mais également inclure ce paramètre, afin d’avoir une idée précise du comportement des gens », conclut James Trujillo.

En attendant, pourquoi ne pas suggérer à vos collègues un peu trop agités de vérifier la qualité de leur connexion internet ?