Amener son animal au bureau pour booster son bien-être au travail

Amener son animal au bureau pour booster son bien-être au travail
Ph. Getty Images

Si vous avez profité de la Journée mondiale des animaux, qui se tenait début octobre, pour amener votre labrador ou votre petit chat joueur et câlin au bureau, il y a fort à parier que beaucoup de vos collègues ont été ravis de s’amuser avec lui ! Et si le fait de venir avec son chat ou son chien au travail pouvait sembler farfelu il y a encore une dizaine d’années, la pratique n’a, dans certains pays, plus rien de surprenant. Les États-Unis ont par exemple instauré depuis plus de 20 ans le « Take your dog to work day », une journée nationale au mois de juin qui incite à venir travailler avec son chien ! La pratique a d’ailleurs franchi l’Atlantique, puisque cette journée a pris une ampleur mondiale et commence même à être célébrée en France.

Plus efficace avec toutou

Une tendance qui, au-delà de son aspect amusant, aurait de véritables bénéfices sur le bien-être des salariés. D’après une enquête réalisée par l’université anglaise de Lincoln en 2019, les employés qui amènent souvent leur chien au travail sont 22 % plus satisfaits de leurs conditions de travail. L’étude estime également que les maîtres qui travaillent aux côtés de leur chien font preuve d’une plus grande concentration (33,4 %) et se sentent davantage concernés par leur(s) mission(s) (16,5 %).

Un autre argument de taille a vu le jour depuis la pandémie. Habitués à travailler aux côtés de leurs boules de poils pendant les confinements, de nombreux propriétaires d’animaux ont littéralement eu le cœur déchiré à l’idée de devoir reprendre le chemin du bureau et laisser leur fidèle compagnon à la maison. Dans un sondage réalisé par l’entreprise anglaise Bark en 2021, plus de 70 % des propriétaires de chiens qui travaillent à domicile expliquent qu’ils redoutent que leur animal leur manque lorsqu’ils retourneront au travail, contre 42 % seulement pour leur conjoint et 39 % pour leurs enfants… Autoriser les employés à venir travailler avec leur animal de compagnie serait alors une bonne option pour les motiver à revenir plus souvent au bureau !

Ce que dit la loi

Hormis dans certains domaines où les animaux de compagnie sont interdits pour des raisons évidentes de sécurité alimentaire et d’hygiène, aucune objection a priori pour venir avec votre animal au travail (sauf si le règlement intérieur de l’entreprise l’interdit). Néanmoins, en Belgique, les employeurs n’ont aucune obligation d’autoriser la venue d’animaux sur le lieu de travail. Libre à eux également, s’ils l’autorisent, d’en fixer le cadre et les limites.

Avant de déclarer un bureau « dog friendly », il y a plusieurs éléments que les entreprises doivent garder en tête, rappelle Partena.

Ph. Pexels

Bien-être pour tous

Si les études ont démontré les bienfaits sur le bien-être d’un animal au bureau, il y a d’autres paramètres à prendre en compte. « La qualité de l’air en fait également partie. L’employeur doit donc tenir compte de toutes les sources possibles de contamination, y compris les animaux », souligne le spécialiste des ressources humaines. « En effet, beaucoup de gens y sont allergiques. Il s’agit donc d’un élément qui relève de la médecine du travail. »

Autre élément à prendre en considération : le temps consacré à l’animal pendant les heures de travail. Difficile en effet d’imaginer un chien coincé 8h sous un bureau. Si sortir en promenade lui fera autant de bien qu’à son maître, cela ne doit pas se faire au détriment du travail ou des autres. En matière de pauses et de temps de travail, il est important d’avoir une politique cohérente pour tous, insiste Partena.

Précautions

Enfin, se pose la question de la (para)fiscalité. Si une entreprise choisit d’accueillir des animaux de compagnie, elle mettra forcément des aménagements en place : coin eau, bols de nourriture, éventuellement un.e gardien.ne… « Il s’agirait d’une situation encore inédite mais que faire en cas d’inspection sociale ? », soulève le prestataire de services. « On pourrait dès lors défendre le fait qu’il s’agit d’un avantage en nature… imposable et soumis aux cotisations sociales. »

Avant d’emmener votre compagnon à quatre pattes au bureau, mieux vaut donc en discuter avec votre employeur et… avec vos collègues. Si vos comparses d’open space sont phobiques, ils pourraient en effet passer un mauvais moment en vous voyant débarquer à l’improviste dans les locaux avec votre boule de poil !