Cette astuce qui permettrait aux voitures d’émettre moins de CO2

Cette astuce qui permettrait aux voitures d’émettre moins de CO2
Ph. Getty Images / BrianBrew

Dans sa tribune parue cet été dans Le Monde, Raphaël Ménard, le président de l’agence d’architecture AREP (pour Architecture Recherche Engagement Post-carbone), filiale de la SNCF, préconise qu’à terme le toit des voitures soit systématiquement peint en blanc. Cette solution repose sur le phénomène d’albédo, c’est-à-dire sur la capacité d’une surface à réfléchir les rayons du soleil selon sa couleur. Le principe est déjà utilisé en habitation, via le « cool roofing » notamment.

Un million de tonnes de CO2 en moins

Cette adaptation pour le secteur automobile reprend en fait une proposition du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

Cette modification pourrait être imposée à l’occasion d’un contrôle technique par exemple. Selon Raphaël Ménard, rien qu’en France, le fait de peindre en blanc l’ensemble du parc automobile pourrait représenter une économie jusqu’à 500 millions de litres d’essence par an, soit près d’un milliard d’euros de gain de pouvoir d’achat. Cela correspondrait surtout à l’équivalent d’un million de tonnes de CO2 en moins rejeté dans l’air, soit près de 1 % des émissions liées au transport routier. Et si cela s’avère efficace pour les voitures, cela vaut aussi pour les camions, les bus ou même les trains.

À noter que la même technique pourrait être adoptée pour certaines infrastructures, notamment les sols, ce qui permettrait de moins devoir chauffer.