« Serre-moi fort » de Mathieu Amalric : «Le film se passe entièrement dans l’imagination d’une femme»

« Serre-moi fort » de Mathieu Amalric : «Le film se passe entièrement dans l’imagination d’une femme»
Ph. Athena

Ça y est, votre film sort enfin. Soulagé ?

Mathieu Amalric : « Oh oui ! Quand un film reste si longtemps sur une étagère, tu passes à autre chose. Bon, parfois tu y reviens pour changer deux ou trois choses au montage, histoire de vérifier que le bébé est encore vivant (rires)  ! Et puis hier, en le présentant, j’ai été ému. Donc l’essentiel est bien à l’écran. Et il s’en passe des choses dans nos têtes devant un écran. C’est le sujet du film d’ailleurs, on est dans la tête de cette femme. »

Ça vous arrive souvent de fantasmer d’autres réalités à partir d’un événement précis ?

« On le fait tous, non ? Surtout après une séparation ! Parler aux absents, s’inventer des dialogues entiers, je le fais, oui. C’est pour ça qu’un nerf a été touché quand j’ai lu la pièce (de Claudine Galéa, NdlR). J’étais dans un train, et j’ai pleuré comme un bébé. »

D’où vient la forme kaléidoscopique du récit ?

« Dans ce film, il y a de l’imagination comme du réel. Immédiatement, je me suis dit qu’il faudrait qu’il n’y ait pas de frontière entre les deux, ni esthétique, ni narrative. Ça peut engendrer une séparation amoureuse. Il n’y a plus de temporalité, on est en petits morceaux. »

Comment avez-vous choisi le comédien belge Arieh Worthalter ?

« Arieh, c’est un animal sauvage, comme Vicky, sa partenaire dans le film. C’est le genre de gars qui marche beaucoup, qui peut disparaître deux ans dans la nature, et changer d’état. Je suis ravi du résultat. Et pourtant, si on fait gaffe, ils n’ont que très peu de scènes ensemble. Mais on les sent connectés pendant tout le film. »

La musique a une place importante dans votre filmographie…

« Oui, j’ai fait du piano lorsque j’étais enfant. Je fais du cinéma parce que je n’ai pas pu devenir musicien. Je ne suis pas le seul d’ailleurs. Le cinéma, c’est un art impur qui accueille des gens ayant raté autre chose. Et c’est très bien comme ça ! »

EN QUELQUES LIGNES

Un matin, une femme se réveille, embrasse son mari et ses enfants endormis, monte en voiture… et prend la route ! Nous voilà plongés dans ses pensées via des souvenirs en flashback. À moins que ce ne soient des fantasmes ? Ou les deux ? Ce joli drame sur le dépassement d’un trauma vaut surtout pour son duo d’acteurs : Vicky Krieps (vue dans ‘Old’) et notre compatriote Arieh Worthalter (lauréat d’un Magritte pour son rôle dans ‘Girl’). S’ils ne partagent que quelques scènes, leurs personnages semblent connectés en permanence, et qu’est-ce qu’on y croit ! Hélas, le montage morcelé crée un puzzle narratif nous invitant à reconstituer leur histoire dans le désordre. Cette approche à la ’21 Grammes’ séduit de prime abord, mais manque de nous émouvoir à force de vouloir créer du mystère.