‘The Menu’: une satire qui se moque de la hype autour de la haute cuisine

‘The Menu’: une satire qui se moque de la hype autour de la haute cuisine
Ph. D.R.

Mark Mylod : « Je réalise que les gens riches sont souvent malmenés dans mes films et séries. C’est bien sûr un sujet fécond en soi, car tout le monde aime voir souffrir ce genre de personnages. (rires) Mais j’espère leur donner quand-même aussi l’humanité nécessaire. J’aime les personnages avec des défauts, et je veux essayer de les comprendre, pour trouver leur innocence et vulnérabilité. Je compatis avec chaque personnage dans ‘The Menu’. »

‘The Menu’ met, au fond, tous les personnages dans une sorte de cocotte minute, dont ils ne peuvent s’échapper. Dans la série ‘Succession’, vous faites souvent cela aussi. Qu’est-ce qui vous plaît tant dans cette idée ?

« C’est un bon moyen de créer la confrontation entre les personnages. Cela engendre automatiquement des tensions et conflits, et aussi des moments comiques. Cela met, en outre, encore plus en valeur l’humour noir dans ‘The Menu’, je pense. Le défi est, bien sûr, de rendre quand-même dynamique et énergique une histoire où tout le monde est principalement assis. Le film coréen ‘Parasite’ m’a beaucoup appris en la matière. »

Vous avez travaillé avec des chefs de renommée mondiale pour élaborer des plats dans le film. Que pensaient-ils du scénario, car vous ne ménagez pas leur petit monde ?

« Les chefs que j’ai rencontrés comprenaient le gag et pouvaient en rire. Finalement, ‘The Menu’ ne parle pas que de haute cuisine non plus. On peut appliquer cette histoire à n’importe quelle forme d’art déconnectée des gens ordinaires et devenue purement commerciale. »

Êtes-vous un foodie vous aussi ?

« Non, et je ne me sens toujours pas à l’aise dans ce genre de restaurant étoilé. Depuis ‘The Menu’, j’ai en revanche énormément de respect et d’admiration pour les gens qui travaillent dans ce secteur. C’est un métier impitoyable. Pas question d’élaborer un bon menu et d’ensuite vous reposer sur vos lauriers. Vous devez non seulement atteindre la perfection jour après jour, mais vous avez en plus la pression constante de devoir continuer à évoluer. Pour moi, ce milieu est presque un film d’horreur en soi. »

THE MENU

‘C’est de l’art au bord du gouffre. Il travaille avec les ingrédients de la vie. Et de la mort.’ Les onze convives qui ont payé cher pour assister à un dîner exclusif sur l’île privée du célèbre Chef Slowik s’attendent à une expérience fabuleuse. La soirée sera inoubliable, mais pas de la manière qu’ils avaient imaginée. On pourrait peut-être espérer un soupçon de raffinement et de surprise supplémentaire d’une histoire de haute cuisine. Il n’empêche que cette satire au bon petit goût sadique se croque facilement et ne reste jamais sur l’estomac.

‘The Menu’ sort en salles ce mercredi.

Retrouve toute l’actu sur metrotime.be