Une camionnette fonce sur une terrasse bruxelloise: le conducteur placé sous mandat d’arrêt, il aurait «disjoncté à cause du nouveau plan de mobilité»

Une camionnette fonce sur une terrasse bruxelloise: le conducteur placé sous mandat d’arrêt, il aurait «disjoncté à cause du nouveau plan de mobilité»
Belga

Le conducteur de la camionnette qui s’est dirigée vendredi vers deux terrasses du centre-ville de Bruxelles a été placé samedi sous mandat d’arrêt par le juge d’instruction, indique le parquet de Bruxelles. L’homme est inculpé de tentative de meurtre.

Le parquet ne souhaite pas donner davantage d’informations sur l’enquête en cours.

Les faits avaient eu lieu vendredi en milieu de journée. Peu avant 13h00, une camionnette blanche s’était dirigée à vive allure vers deux terrasses situées rue Saint-Michel, une voirie perpendiculaire à la rue Neuve. Le conducteur avait été interpellé dans l’après-midi, à Anvers, et son domicile de Saint-Josse-ten-Noode perquisitionné. Six personnes ont été légèrement blessées.

La plupart des personnes présentes dans la rue doivent leur survie au réflexe salvateur qu’elles ont eu en entendant le véhicule arriver. « Nous étions juste assis en terrasse. Les terrasses étaient bien remplies. Soudain, une camionnette blanche est arrivée à toute vitesse, faisant des embardées de gauche à droite. On a dû sauter contre le mur. Dans l’autre rue, le conducteur a heurté une autre terrasse, puis la camionnette est partie à toute vitesse », a raconté une personne témoin de la scène à nos confrères de Radio 1.

Le suspect retrouvé à Anvers

« Un périmètre de sécurité a rapidement été mis en place et les services de secours ont pris en charge les victimes de cet incident. Trois d’entre elles ont été emmenées à l’hôpital après leur audition au commissariat », relate Walter Derieuw, le porte-parole des pompiers de Bruxelles.

Suites à ces auditions et à l’analyse de la vidéosurveillance, le véhicule a rapidement pu être identifié. La camionnette blanche en question a pris la fuite vers l’avenue Adolphe Max avant de terminer sa course rue du Méridien, à Saint-Josse-ten-Noode.

Le véhicule a été retrouvé une vingtaine de minutes après les faits. Son chauffeur avait, lui, pris la poudre d’escampette. Afin de ne prendre aucun risque un second périmètre de sécurité a été installé et le service de déminage (SEDEE) a été envoyé sur place afin d’ouvrir le véhicule.

Le suspect a pu être identifié et interpellé à Anvers dans le courant de l’après-midi. Quant à savoir comment il s’est rendu jusqu’à Anvers ou s’il a bénéficié d’une aide extérieure, le parquet de Bruxelles s’est refusé à tout commentaire.

Encore beaucoup d’interrogations

Le suspect répond au nom de M G., 28 ans. Il serait domicilié à Saint-Josse-ten-Noode.

L’incident de la rue Saint-Michel n’est pas sans rappeler les sombres années d’attaques terroristes que l’Europe a pu connaître. Le niveau de menace a d’ailleurs été relevé de 2 à 3 dans certains endroits de Bruxelles avant d’être abaissé peu de temps après. L’Organe de Coordination pour l’Analyse de la Menace (Ocam) a expliqué que des « éléments inquiétants » avaient été découverts, puis des « éléments rassurants » étaient apparus pour justifier ce va-et-vient.

Les motivations de M. G. demeurent encore floues à ce stade de l’enquête. Même si elle n’est pas encore écartée, la piste terroriste ne semble pas être celle privilégiée par les autorités.

« Les faits font penser à des attentats comme ceux que nous avons déjà connus à l’étranger et c’est en effet une piste mais ce n’est certainement pas la seule. Toutes les pistes sont sur la table et font l’objet d’une enquête, y compris un éventuel accident de la circulation », a indiqué la porte-parole du parquet de Bruxelles et substitut du procureur du Roi, Willemien Baert, à l’occasion d’une conférence de presse qui s’est tenue à 17h30 ce vendredi.

Selon les informations du Laatste Nieuws, M. G. aurait « disjoncté à cause du nouveau plan de mobilité bruxellois ». Une piste qui reste cependant à confirmer.

La porte-parole n’a pas souhaité communiquer sur le profil du suspect. Selon nos informations, Muhamad G. serait déjà connu de la justice belge mais pas pour des faits liés au terrorisme.