Yves Van Laethem et Steven Van Gucht craignent une quatrième vague: «Cela dépendra de nos comportements»

Yves Van Laethem et Steven Van Gucht craignent une quatrième vague: «Cela dépendra de nos comportements»
Ph. Belga

Entre le 21 et le 27 août, 2.012 nouvelles contaminations ont été diagnostiquées en moyenne chaque jour (+3%). «On constate une stabilisation des nouvelles contaminations, mais celles-ci restent les plus nombreuses chez les enfants et les jeunes adultes», explique Yves Van Laethem, qui met en garde contre «un risque accru de contaminations sur les bancs de l’école».

Pour la Belgique, le taux de positivité moyen est de 5,6%. Chez les enfants de moins de 10 ans, il caracole à 11,3%. Dans la tranche d’âge des 20-39 ans, le taux de positivité s’établit à 6%. Entre le 24 et le 30 août, quelque 60 personnes ont été admises en moyenne chaque jour à l’hôpital, un chiffre stable également, mais qui cache d’importantes disparités entre les régions.

Au total, 674 personnes sont hospitalisées en raison d’une infection par le Covid-19 (+3%), dont 200 aux soins intensifs (+16%).

Faible taux de vaccination à Bruxelles

«La Région bruxelloise concentre un quart des nouvelles hospitalisations et un tiers des patients hospitalisés en soins intensifs», détaille Yves Van Laethem. «Cette situation reflète le taux plus faible de vaccination en Région bruxelloise», ajoute-t-il.

Alors que près de 90% des adultes sont complètement vaccinés en Flandre et 78% en Wallonie, seuls 61% des Bruxellois âgés de plus de 18 ans ont reçu deux injections de vaccin contre le coronavirus.

Entre le 21 et le 27 août, 5,6 personnes sont décédées en moyenne chaque jour des suites de la Covid-19, soit une hausse de 15% en comparaison avec la moyenne établie sur les sept jours précédents. «Ce chiffre reste relativement limité. Dans neuf cas sur dix, il s’agit de personnes âgées de plus de 75 ans, dont très peu proviennent de maisons de repos», poursuit Yves Van Laethem.

Une quatrième vague ?

A la question de savoir comment évoluera l’épidémie dans les semaines à venir, l’infectiologue met en garde contre une augmentation des contaminations et des hospitalisations parallèlement à la rentrée des classes.

«Une nouvelle vague reste possible en automne, mais dépendra de l’évolution de la vaccination et de nos comportements à tous», conclut-il. Un avis partagé par Steven Van Gucht, cité par Sudinfo. « À court terme, on s’attend à une poursuite de l’augmentation des contaminations et des hospitalisations, surtout à Bruxelles. Sur nos modèles, on voit apparaître une quatrième vague, qui pourrait arriver dans le courant des mois d’octobre ou novembre. On imagine que son importance sera située entre la 2e et la 3e vague».

Et forcément, la Wallonie mais surtout Bruxelles seraient plus touchées que la Flandre : « Mais que ce soit clair, ce sont des possibilités, des scénarios, mais pas des certitudes. Et les prévisions concernant les hospitalisations peuvent être diminuées par deux si on adapte nos comportements. La façon dont on se comporte peut provoquer un aplanissement des courbes », a-t-il conclu.