Voici pourquoi 300.000 Belges vont perdre des jours de congé en 2023

Voici pourquoi 300.000 Belges vont perdre des jours de congé en 2023
Ph. Unsplash

En 2020 et en 2021, en pleine crise sanitaire, des millions de Belges se sont retrouvés au chômage temporaire. Après de grandes négociations, le gouvernement avait décidé que le chômage corona de ces deux années-là n’avait pas d’impact sur les jours de congé des travailleurs.

La douche froide pour des milliers de travailleurs

En 2022, de nombreux Belges se sont encore retrouvés au chômage temporaire, notamment dans les secteurs de l’Horeca et de la construction. Depuis quelques jours, c’est la douche froide pour ces travailleurs : ils constatent que le nombre de jours de congé auxquels ils ont droit en 2023 est amputé et qu’ils ne percevront pas la totalité de leur pécule de vacances.

« Plus de 300.000 travailleurs sont ainsi pénalisés », déplore le syndicat chrétien.

Une double peine

C’est le cas de Fatma. Elle a eu 52 jours de chômage temporaire l’an passé. Aujourd’hui, elle découvre qu’elle perd 5 jours de congés payés en 2023 et 25 % de son pécule de vacances. « Ces travailleurs ont déjà été pénalisés car ils n’ont pas fait le choix du chômage. Être privés d’une partie de ses congés et de son pécule est une deuxième sanction », confie à nos confrères de Sudinfo une permanente à la CSC Metea.

Une solution encore possible ?

Le syndicat chrétien se mobilise actuellement pour que le gouvernement applique les mêmes mesures qu’en 2020 et en 2021 et que les travailleurs ayant été en chômage temporaire en 2022 puissent garder le même nombre de jours de congé en 2023. Des discussions sont actuellement en cours. « En fonction des discussions entre partenaires sociaux, le gouvernement pourra prendre une décision », a indiqué à La Capitale le porte-parole du ministre de l’Emploi.

Tout n’est donc pas encore perdu pour ces 300.000 travailleurs.

Retrouvez toute l’actualité sur Metrotime.be