Voici les pistes envisagées par les enquêteurs pour retrouver la trace de Jürgen Conings

Voici les pistes envisagées par les enquêteurs pour retrouver la trace de Jürgen Conings
Ph. Belga

Une semaine après le début des recherches, le militaire Jurgen Conings est toujours introuvable. Un avis de recherche a été lancé tant au niveau national qu’international, mais on est toujours sans nouvelle du militant d’extrême droite, malgré d’importants moyens déployés. « Toutes les pistes restent ouvertes et envisagées », a indiqué lundi la porte-parole du parquet fédéral Wenke Roggen.

La police reçoit chaque jour des dizaines d’informations, qu’elle prend très au sérieux. L’appel sans précédent lancé dimanche soir par le procureur fédéral au fugitif n’a donné lieu à aucune réaction à ce stade.

Le parquet tient par ailleurs à démentir certaines fausses informations apparues sur les réseaux sociaux. « Des rumeurs affirment que les armes découvertes dans le véhicule de Jürgen Conings étaient factices. Ces affirmations sont fausses », a précisé la porte-parole du parquet. « La voiture contenait bien des armes légères antichars. Et je répète qu’en Belgique, il n’y a pas de ’permis de tuer. La police interviendra de manière adéquate et réagira en cas de légitime défense », a-t-elle ajouté.

Aujourd’hui, et alors que de nombreux signalements ont été étudiés, en vain, plusieurs pistes sont explorées par les enquêteurs, selon Het Nieuwsblad.

1. Il est toujours caché dans le parc national de Haute Campine

Le parc national de Haute Campine est une réserve naturelle de plus de 12.000 ha de forêts et de landes. Bref, malgré un important ratissage, il est impossible que tous les coins et recoins de cet espace aient été fouillés. Et vu la formation et l’expérience de Jurgen Coninx, il est capable d’y survivre plusieurs jours cachés.

2. Il a mis les enquêteurs sur une fausse piste

En abandonnant sa voiture dans un bois, le militaire a peut-être volontairement mis les enquêteurs sur une fausse piste. L’homme savait visiblement ce qu’il faisait, et sa cavale semblait préparée. Ses connaissances lui ont donc peut-être permis de préparer un mauvais coup aux enquêteurs, qui lui a permis de gagner du temps et de prendre la fuite.

3. Il a bénéficié de l’aide de l’extrême droite

Durant la nuit de vendredi à samedi, une dizaine de perquisitions ont ainsi été menées, notamment chez des personnes ayant des sympathies avec l’extrême droite. Cela veut dire que les enquêteurs se demandent si certaines connaissances du militaire n’étaient pas au courant de ses plans.

4. Il a mis fin à ses jours

Des décorations militaires de Jürgen Conings ont été retrouvées mardi sur la tombe de ses parents. Se défaire de ses décorations a une signification particulière pour un soldat, cela symbolise l’abandon. Dans les lettres retrouvées chez le militaire, on sent également la volonté d’en finir.

5. Il se cache en attendant de frapper

C’est la grosse crainte des enquêteurs. Quelles sont réellement les intentions de Jurgen Conings ? Personne ne se le sait vraiment. Mais ce qui est certain, c’est que l’homme a les armes pour faire mal.

Du côté des autorités, on se demande donc si le militaire ne veut pas attendre plusieurs jours, histoire de faire baisser l’attention qui est sur lui, pour pouvoir frapper plus facilement.

6. Il bénéficie de l’aide d’une tierce personne

Jürgen Conings a un large réseau, et il est tout à fait possible qu’il soit caché chez un proche, ou qu’une autre personne l’a aidée dans sa fuite.

Jürgen Conings, un militaire de 46 ans, probablement armé et donc jugé dangereux, est activement recherché. L’homme, introuvable depuis lundi soir, a menacé de s’en prendre à des symboles de l’État ainsi qu’à des personnalités, dont le virologue Marc Van Ranst.