Vers une adaptation des mesures dans les écoles

Vers une adaptation des mesures dans les écoles
AFP

Les différents ministres en charge de la Santé se retrouvent ce mercredi matin avec leurs homologues en charge de l’Éducation pour discuter d’une possible adaptation des règles sanitaires dans les écoles, devenues difficilement applicables avec la diffusion massive du variant Omicron du coronavirus.

Profs absents, élèves en quarantaine, classe fermée, tracing débordé : avec des taux de contamination historiquement hauts ces derniers jours, la vie dans les écoles est devenue particulièrement compliquée. Pour beaucoup d’acteurs tant du nord que du sud, les règles en vigueur sont devenues tout simplement impraticables.

Les règles de quarantaine et de fermeture des classes bientôt revues ?

Dans ce contexte, les ministres de la Santé pourraient revoir les règles de quarantaine appliquées au milieu scolaire et les règles de fermeture des classes.

En préambule à cette conférence interministérielle (CIM), le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke, a proposé mardi que les enfants ayant eu un contact à risques dans leur milieu familial ne soient temporairement plus contraints de se tenir d’office à l’écart de l’école, comme cela leur est demandé actuellement.

Si les règles de mise en quarantaine devaient être assouplies, la mesure pourrait toutefois être contrebalancée par un effort accru en matière de ventilation, de port du masque et de respect des distances.

Les auto-tests toujours préconisés par Vandenbroucke

Le ministre Vandenbroucke préconise aussi que les parents réalisent plus régulièrement des auto-tests covid sur leurs enfants afin de les détecter plus précocement.

Reste à savoir qui financera l’achat de ces tests, dont le prix varie entre 3,5 et 7 euros l’unité, ce qui à la longue pèsera logiquement sur le budget (et donc la motivation) de nombreuses familles.

Mardi, le ministre Vandenbroucke suggérait que les écoles mettent ces auto-tests à disposition, ce qui in fine reviendrait à faire payer la note par les Communautés.

Les ministres de l’Enseignement estiment, eux, que le coût devrait plutôt être soutenu par le Fédéral. Ils préconisent dans la foulée la mise à disposition de quatre auto-tests par semaine et par enfant à un prix unitaires plafonné à 1 euro.

Un baromètre pour le secteur scolaire ?

Pour rendre la gestion de la crise sanitaire plus praticable et prévisible dans les écoles, le ministre flamand de l’Enseignement, Ben Weyts (N-VA) préconise l’élaboration d’un « Baromètre corona » pour le secteur scolaire, un peu à l’image de celui adopté récemment pour le Codeco pour l’événementiel et le secteur culturel.

Enfin, les ministres devraient également discuter mercredi d’une possible autorisation des voyages scolaires avec nuitées, en ligne avec ce qui est dorénavant autorisé dans le secteur de la jeunesse.