Vers la fin de la bulle sociale et des mesures dans l’horeca, les discothèques rouvriront le 1er octobre

Vers la fin de la bulle sociale et des mesures dans l’horeca, les discothèques rouvriront le 1er octobre
Belga / J. Gekiere

Cela signifie, pour le pays, que les restrictions dans le fait de recevoir des gens chez soi ou dans un logement touristique sont levées. Les restrictions dans les heures d’ouverture des établissements Horeca, le nombre de personnes à table, les terrasses, le niveau sonore et le service au bar ou les places debout seront également levées dès le mois prochain. L’obligation du port du masque dans les déplacements est en revanche maintenue.

Les discothèques devront quant à elles encore patienter jusqu’au 1er octobre avant de rouvrir leurs portes sur la base de protocoles en matière de ventilation. Les entités fédérées pourront décider de se montrer plus strictes dans les modalités. Les restrictions sont également levées pour les activités organisées par un club ou une association ainsi que pour les buffets. L’on pourra à nouveau danser lors de fêtes privées, comme les mariages. Les restrictions dans l’exercice des cultes, dans les mariages civils, funérailles, etc. sont levées, sauf le port du masque qui demeure obligatoire.

Les restrictions concernant les événements réunissant moins de 200 spectateurs à l’intérieur et moins de 400 spectateurs à l’extérieur sont aussi levées, sauf si les autorités locales en décident autrement.

Covid Safe Ticket

Le Covid Safe Ticket pourra être utilisé pour les événements réunissant plus de 200 spectateurs en salle et plus de 400 spectateurs à l’extérieur, ce qui permettra d’annuler les obligations relatives aux masques et à la distance sociale. À partir du 1er octobre, la fin des restrictions s’appliquera aux événements rassemblant 500 spectateurs à l’intérieur et 750 spectateurs à l’extérieur.

À partir du 1er septembre, le port du masque n’est plus obligatoire dans les espaces accessibles au public des entreprises, des collectivités publiques ou des associations, ainsi que dans le secteur culturel, festif, sportif, récréatif et événementiel pour les événements et fêtes privées rassemblant moins de 200 personnes à l’intérieur et 400 personnes à l’extérieur, sauf si la commune en décide autrement.