Une nouvelle espèce de moustique découverte en Belgique: Elle peut transmettre l’Usutu virus et le virus du Nil occidental

Photo d’illustration
Photo d’illustration - Ph. Unsplash

En 2018, l’Institut tropical d’Anvers a découvert une larve de « Culex modestus » dans le port d’Anvers. C’était alors la première trace de cette espèce de moustique découverte en Belgique. Un an plus tard, les chercheurs en ont trouvé une population importante dans la banlieue de Louvain. C’est ce que confirme mardi le professeur de la KU Leuven, Leen Delang, après la parution, la veille, d’un article dans Het Nieuwsblad. Tout comme le moustique commun, le « Culex modestus » est susceptible de propager l’Usutuvirus et le virus du Nil occidental.

À l’été 2019, des chercheurs ont posé des pièges à moustiques à Louvain. « Sur les 107 moustiques capturés, la moitié appartenait au « Culex modestus », explique le professeur Leen Delang, du département de microbiologie, d’immunologie et de transplantation de la KU Leuven. « Un an plus tard, nous avons à nouveau posé des pièges à moustique et trouvé la même population. »

Une espèce en apparence très similaire au moustique commun

« En apparence, le « Culex modestus » est très similaire au moustique commun tel que la plupart des gens le connaissent », indique le professeur Delang. « Nous ne savons pas encore si la piqûre de ce moustique provoque également une éruption cutanée avec démangeaisons. On ne sait pas non plus dans quelle mesure le moustique propage les virus, des recherches supplémentaires seront nécessaires pour le déterminer.

Il peut transmettre des maladies

Ce qui est certain, c’est que le ’Culex modestus’ peut transmettre l’Usutu virus et le virus du Nil occidental. Le premier peut notamment être dangereux pour les oiseaux, d’importantes populations de merles sont déjà mortes de ce virus dans notre pays. Le second provoque des symptômes semblables à ceux de la grippe chez 20 % des personnes infectées. Une personne sur 100 développe des symptômes neurologiques graves, qui peuvent être mortels.

Des pièges installés à Liège

Tout comme les moustiques normaux, les « culex modestus » pondent leurs œufs dans les eaux stagnantes pour se reproduire. Ainsi, les personnes vivant à proximité d’un lac, par exemple, sont plus susceptibles d’être dérangées par ces insectes volants.

Cet été, de nouveaux pièges à moustiques seront installés, notamment à Louvain et à Liège. En outre, des moustiques « Culex modestus » seront infectés en laboratoire afin de vérifier dans quelle mesure cette espèce peut propager les virus.