Une loi permettra aux femmes de connaître le passé violent de leur conjoint dans une province canadienne

Une loi permettra aux femmes de connaître le passé violent de leur conjoint dans une province canadienne

La problématique des violences faites aux femmes continue de faire l'actualité. En Belgique, la question du port de bracelets "anti-rapprochement" est à l'étude. Une mesure qui est utilisée depuis quelques années en Espagne, un pays qui a vu son taux de violences domestiques et de féminicides diminuer de manière importante.

Dans la province d'Alberta au Canada, c'est une autre mesure qui va être mise en oeuvre ce printemps. Grâce à une nouvelle loi, la "Claire's law", les femmes auront bientôt accès à l'historique judiciaire de leur partenaire. Cette mesure est inspirée d'une loi homonyme déjà existante depuis cinq ans au Royaume-Uni. Elle se base sur l'histoire de Claire, une Anglaise tuée et brûlée par son ex petit ami à Manchester. La police était au courant du lourd casier judiciaire de son ex, mais pas la principale intéressée.

Des barrières à abattre

Si la mesure est globalement bien accueillie de l'autre côté de l'Atlantique, plusieurs voix s'élèvent contre l'efficacité relative de cette loi. Selon un article de la BBC publié l'année dernière, de nombreuses femmes en Grande-Bretagne n'osent (ou ne veulent) tout simplement pas connaître l'éventuel casier judiciaire de leur compagnon.

Les femmes battues doivent également faire face à d'autres barrières, comme le fait de trouver une nouvelle maison ou d'avoir des enfants, qui les empêchent de quitter leur compagnon violent, rappelle également le site Global News.