Un sculpteur, poursuivi par les héritiers de Tintin, condamné pour contrefaçon

Un sculpteur, poursuivi par les héritiers de Tintin, condamné pour contrefaçon
AFP / C. Simon

«Le personnage de Tintin, créé par Hergé (...) est une œuvre originale au sens du code de la propriété intellectuelle», écrit le tribunal dans sa décision.

Le plasticien Christophe Tixier, alias Peppone, a été condamné, avec la galerie qui exposait ses bustes représentant Tintin, à payer entre autres à la société Moulinsart la somme de 114.157 euros de dommages et intérêts. Il a indiqué par la voix de son avocate Me Delphine Cô qu’il ferait appel de ce jugement. La décision leur interdit également de commercialiser les œuvres.

Des bustes en résine

M. Tixier était poursuivi au civil par la société Moulinsart, gérante de l’œuvre d’Hergé, pour avoir réalisé et vendu des bustes en résine de l’intrépide journaliste belge à la houppette blonde, recouverts de planches des bandes dessinées. La société lui réclamait quelque 200.000 euros de dommages et intérêts et la restitution des sculptures.

À l’audience le 15 avril, les avocates de l’artiste, installé à Aix-en-Provence, avaient tenté d’instiller le doute sur la paternité de Tintin. Delphine Cô et Kamila Crisan avaient produit des dessins de l’illustrateur Benjamin Rabier qui, dans un album de 1898, racontait les histoires de «Tintin-Lutin», un personnage vêtu d’un pantalon de golf et d’une houppette.

«Le personnage de Benjamin Rabier montre que le personnage de Tintin, créé par Hergé, ne s’en inspire en aucune façon. Aucune indication n’est donnée sur le caractère, le comportement et le contexte dans lequel Benjamin Rabier a fait évoluer son personnage, de sorte que la comparaison avec le personnage de Tintin créé par Hergé est totalement dénuée de pertinence», a tranché le tribunal.

Outre la réalisation de ces quelque 90 bustes, la société reprochait également à Peppone une sculpture de la fusée rouge et blanche de l’album «Objectif Lune».