Un père déplore un contrôle policier sur ses fils: «leur intégrité physique a été violée»

Un père déplore un contrôle policier sur ses fils: «leur intégrité physique a été violée»
Belga / J. Jacobs

Un vendredi de décembre vers 22h, deux frères, âgés de 14 et 16 ans, se dirigeaient avec un ami vers l’arrêt de bus situé devant le Carrefour de Sint-Amandsberg, à Gand. C’est là qu’ils ont été arrêtés par deux policiers en civil, rapporte Sudinfo.

Les agents ont demandé leurs documents d’identité et ont fouillé leur sac. Une petite quantité de cannabis a été trouvée. Les agents ont décidé de fouiller les deux jeunes. Mais pour le père des deux frères, le fait qu’un policier ait regardé dans leur pantalon, sur une voie publique, n’est pas acceptable, rapporte nos confrères du Nieuwsblad.

« Ce n’est pas autorisé juste comme ça, il y a des règles claires à ce sujet. L’intégrité physique et sexuelle de mes enfants mineurs a été violée », a déclaré le père au média flamand. « De plus, ils ont contrôlé mes fils sans aucune raison, sans leur permission et sans vouloir s’identifier. Ce n’est pas bien non plus. »

Zone grise

Selon la loi, la fouille d’une personne nue n’est autorisée que dans un espace clos, mais le sondage du corps d’une personne est autorisé dans la rue. Regarder dans le pantalon de quelqu’un relève d’une zone grise. « Il ne faut vraiment pas sous-estimer l’impact que cela a sur un adolescent, qu’un commissaire de police de 60 ans regarde dans son pantalon », dit le père.

En attendant, il a déposé une plainte auprès du Comité P, du service de surveillance interne de la police de Gand et du Commissaire aux droits de l’enfant. À la police, une enquête est en cours. « On cherche à savoir quelle était la raison de la perquisition, comment elle s’est déroulée et si elle était opportune et proportionnelle. Nous attendons cette enquête », annonce le bourgmestre Mathias De Clercq (Open VLD).