Un drame évité sur le «Vampire» à Walibi: pas attachée, elle saute de l’attraction!

Un drame évité sur le «Vampire» à Walibi: pas attachée, elle saute de l’attraction!
Belga

C’est une situation dans laquelle personne ne veut se retrouver. C’est même, généralement, l’une des craintes des visiteurs de parcs d’attractions : et si le harnais de sécurité lâche ou n’est pas correctement mis ? Et bien Camille, une jeune française originaire de Tourcoing, peut répondre à cette question et raconter sa traumatisante expérience. Ce dimanche, avec son copain, elle s’est rendue à Walibi et la journée ne s’est pas terminée comme ils l’imaginaient, comme ils le racontent à nos confrères de La Voix du Nord.

« Quand l’attraction a démarré, mon harnais était toujours totalement levé… »

Au moment de faire l’attraction « Le Vampire », la jeune femme a eu un petit problème avec la sécurité de l’attraction. « On s’était dit, imagine, ils oublient de me mettre le harnais de sécurité ? Et puis le sol s’est ouvert sous nos pieds et les wagons ont commencé à partir », explique-t-elle dans les colonnes du journal français. « Mon compagnon est en situation de handicap. Ils nous avaient donc installés en dernier. La vérification avait été faite de son côté, mais pas de la mienne. Quand l’attraction a démarré, mon harnais était toujours totalement levé… »

Elle a sauté de son siège

Camille a, alors, un réflexe automatique et rapide : elle saute de son siège pour se réfugier sur la plateforme sur laquelle attendent les prochains voyageurs. « Le wagon est passé juste au-dessus de mes jambes. Mon copain a crié et l’alarme a été déclenchée, bloquant le train. » Un train qui avait tout de même avancé et s’est retrouvé bloqué à une quinzaine de mètres au-dessus du sol.

« Je n’arrive plus à dormir, je fais des cauchemars »

Le manager du parc a ensuite proposé au couple de déposer une plainte en interne, « on nous a dit qu’elle aurait la même valeur que si on se rendait au commissariat ». Malgré cela, la jeune femme a tout de même décidé de porter plainte au commissariat de Tourcoing le lendemain. Une visite chez le médecin a également confirmé qu’elle souffrait d’un stress post-traumatique. « Je n’arrive plus à dormir, je fais des cauchemars. Il m’a arrêtée une semaine. Je ne peux pas m’empêcher de me dire que j’ai failli mourir ce jour-là. »

Walibi a réagi

Le parc Walibi a, de son côté, reconnu l’oubli. « Pour une raison inconnue, les vérifications habituelles n’ont pas été adéquatement effectuées et le harnais de sécurité de la personne n’a pas été correctement abaissé. » La direction assure que « conformément aux procédures opérationnelles, le pilote de l’attraction a immédiatement déclenché un arrêt d’urgence et stoppé l’attraction en toute sécurité. L’ensemble des dispositifs de sécurité ont été vérifiés et ne sont pas en cause. Des investigations approfondies sont en cours avec les équipes pour comprendre l’origine de cet incident. »