Six femmes et dix enfants de djihadistesrapatriés cette nuit de Syrie

Six femmes et dix enfants de djihadistesrapatriés cette nuit de Syrie
AFP / D. Souleiman

« Nous pouvons confirmer qu’un avion, affrété par les autorités belges, a atterri avec des personnes belges revenant de la Syrie, qui ont émis le souhait d’un retour volontaire en Belgique avec leurs enfants, indique-t-il dans un communiqué. « Les autorités judiciaires sont compétentes depuis leur retour sur le territoire. »

Les enfants à l’hôpital

Les six femmes rapatriées cette nuit depuis le camp Roj, au nord de la Syrie, ont été emmenées dans différentes prisons après avoir dit au revoir à leurs enfants. Cinq d’entre elles ont déjà été condamnées pour terrorisme, tandis que la dernière doit encore être jugée, a précisé le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw lors d’une conférence de presse samedi matin. Quatre des mères sont originaires de Bruxelles et deux de Flandre, précise le journal.

Les dix enfants qui les accompagnaient, qui sont nés entre 2012 et 2019, ont été emmenés à l’hôpital pour vérification de leur état de santé mentale et physique. Ils sont désormais sous la responsabilité du parquet de la Jeunesse.

Des mères distanciées de l’EI

Ce rapatriement, qui devait se dérouler dans la plus grande discrétion, fait suite à une décision prise le 3 mars dernier par le Conseil national de Sécurité (CNS) et annoncée le lendemain par le Premier ministre Alexander De Croo à la Chambre.

Le Premier ministre avait évoqué le risque de voir les enfants présents sur place devenir « les terroristes de demain ». « Nous ne pouvons pas le tolérer. On doit donc tout faire pour les faire sortir de là ». Le CNS avait alors confirmé la démarche de rapatriement des enfants, la limite d’âge étant fixée à 12 ans.

Selon M. De Croo (Open Vld), treize femmes (neuf condamnées et quatre faisant l’objet d’un mandat d’arrêt international) se trouvaient alors sur place.

Le CNS avait décidé en mars que, pour les mères, la situation serait évaluée au cas par cas, le critère principal étant la sécurité nationale. « Si elles se sont distanciées de l’EI, elles pourront être rapatriées », avait expliqué le chef du gouvernement, rappelant que l’intention du gouvernement restait de les voir jugées sur place.

La presse avait rapporté en avril dernier que deux mères belges avaient demandé à la Belgique de rapatrier d’urgence leurs enfants, « indépendamment de leur sort personnel ». M.E, âgée de 51 ans et sa fille de 30 ans Y.E, ont rejoint les rangs de l’État islamique en Syrie en 2014, emmenant chacune avec elles leurs jeunes enfants.

Y.E était parvenue en décembre 2020 à faire rapatrier en Belgique son fils aîné de 9 ans, une première pour le pays. Elle demandait également le rapatriement de ses deux autres enfants nés en 2016 et 2017 d’une union avec un djihadiste suisse.

M.E., la mère de Y.E, a également demandé le rapatriement de sa plus jeune fille. Âgée de 9 ans, cette dernière est née en Belgique.