Près de 400.000 Belges devraient recevoir une troisième dose

Près de 400.000 Belges devraient recevoir une troisième dose
Belga / B. Fahy

L’Allemagne, Israël et les États-Unis, notamment, ont déjà donné leur feu vert à une troisième dose, pour certaines catégories de personnes, des vaccins Pfizer ou Moderna. Chez nous, la question figure au menu de la conférence interministérielle Santé prévue ce mercredi.

Selon le rapport, une troisième dose est utile pour certaines catégories de personnes, comme celles souffrant de troubles de l’immunité innés, les patients en dialyse rénale chronique, certains patients VIH positifs, les patients ayant subi une transplantation ou encore ceux souffrant de maladies inflammatoires traitées par des immunosuppresseurs.

Quid des personnes âgées ?

Pour les personnes âgées, il n’y a pas encore de résultats d’études publiés sur l’administration de la troisième dose, constate le rapport. La task-force vaccination conseille dès lors d’attendre les analyses prévues dans les prochaines semaines sur les infections dites de percée (qui touchent des personnes entièrement vaccinées) et les résultats d’études cliniques sur l’administration d’une troisième dose.

Une extension par étapes à d’autres groupes à risque est possible aux yeux de la task-force mais seulement sur la base de recherches nationales et internationales solides et de preuves scientifiques.

La task-force rappelle enfin l’importance de mesures « non-pharmacologiques » comme la ventilation, la distance physique et le port du masque buccal mais aussi l’importance de la vaccination de base des Belges de plus de 12 ans.