Pourquoi les acomptes de votre facture d’énergie vont encore augmenter même si les prix baissent?

Pourquoi les acomptes de votre facture d’énergie vont encore augmenter même si les prix baissent?
AFP / H. Lucas

Enfin. En forte hausse depuis des mois, le prix du gaz a légèrement diminué ces derniers jours même s’il reste particulièrement haut. Une bonne nouvelle pour les consommateurs qui vont enfin pouvoir diminuer leur acompte qui a souvent été multiplié par deux ou trois ? Pas vraiment, malheureusement ! Et ce pour plusieurs raisons.

Une baisse temporaire ?

Comme l’explique Bruno Colmant à la DH, cette baisse pourrait n’être que temporaire. « Les prix baissent car nous avons reconstitué les stocks de gaz plus rapidement que prévu. Mais il suffit d’un hiver très froid et peu venteux pour que le marché explose à nouveau », indique l’économiste Bruno Colmant. « À plus du 300 €, on n’était pas à un équilibre de marché. Avec un tel tarif, on vit maintenant une baisse énorme de la demande, surtout du côté de l’industrie européenne. Les usines ferment les unes après les autres, la loi de l’offre et de la demande fait que les prix baissent », ajoute Damien Ernst, professeur à l’Université de Liège.

Une facture lissée

Mais comment se fait-il que, malgré cette baisse, les factures d’acompte ne devraient pas diminuer ? Tout simplement parce que la plupart des fournisseurs lissent leur hausse de prix sur toute l’année. Ajoutez à cela que tous les fournisseurs n’effectuent pas leur changement d’acompte au même moment et vous comprendrez pourquoi le prix de votre acompte pourrait encore augmenter durant les semaines qui viennent malgré la baisse du prix du gaz. Soyez donc plus que jamais attentifs à votre contrat et sondez le marché pour voir si une offre plus intéressante n’existe pas ailleurs.

8 milliards de plus

D’après les informations de l’Echo, l’ensemble des dépenses d’énergie des ménages belges sur l’année écoulée a augmenté de 8 milliards d’euros, pour atteindre un total de 27 milliards. De septembre 2021 à août 2022, les ménages ont déboursé 6,1 milliards d’euros en plus pour le gaz, l’électricité et le mazout de chauffage qu’en 2019 – dernière année « normale » avant la pandémie. Ce sont surtout les factures de gaz et d’électricité qui ont fortement augmenté, parallèlement au renchérissement du gaz de 106 % et de l’électricité de 46 %. Les consommateurs ont en outre dépensé pour 1,9 milliard d’euros en plus pour l’essence et le diesel.

Cela étant, précise L’Echo, l’appauvrissement global reste très inférieur à 8 milliards. La plupart des ménages ont vu leurs revenus augmenter grâce à l’indexation automatique des salaires et des allocations sociales. Les ménages pourront ainsi récupérer, moyennant un certain délai, environ trois quarts des 8 milliards via l’indexation.