Pour Sophie Wilmès, «l’ouverture du débat sur l’obligation vaccinale va s’avérer indispensable»

Pour Sophie Wilmès, «l’ouverture du débat sur l’obligation vaccinale va s’avérer indispensable»
Belga / H. Kaghat

Alors que le pass sanitaire va entrer en vigueur en octobre à Bruxelles, certaines voix commencent à également se prononcer sur la question de l’obligation vaccinale. Parmi celles-ci, Sophie Wilmès, qui s’est exprimée sur le sujet ce vendredi matin sur Bel RTL. « Si on instaure le pass vaccinal pour en fait instaurer une vaccination obligatoire, je pense qu’il y a rupture du contrat de confiance avec population vu qu’on a dit que c’était sur base volontaire », explique-t-elle.

Notre Vice-Première ministre et ministre des Affaires Etrangères a ensuite indiqué que la vaccination pourrait devenir obligatoire pour éviter la saturation des hôpitaux et diminuer la transmission du virus. « Je pense que l’ouverture du débat sur l’obligation vaccinale va s’avérer indispensable, au fur et à mesure du temps. Si jamais elle peut être évitée, je pense qu’il faudra continuer à l’éviter et rester dans un processus volontaire. Mais si on doit en parler, alors on le fait et on le fait clairement, pas de manière hypocrite », détaille-t-elle.

Moins de libertés pour les non-vaccinés ?

Jeudi, le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke s’était prononcé en défaveur de l’obligation vaccinale. Il avait cependant évoqué que les personnes qui ne veulent pas se faire vacciner pourraient être privées d’un certain nombre de libertés. « Si vous ne voulez pas être vacciné, vous devez être prêt à vous faire tester tous les jours lorsque vous sortez et cela va rapidement coûter cher. Vous pouvez imposer un certain nombre de restrictions à quelqu’un s’il ne veut pas se faire vacciner afin de protéger la société ».