Omicron explose à Bruxelles: le taux d’incidence dépasse les 3.000 et 30% des tests sont positifs

Omicron explose à Bruxelles: le taux d’incidence dépasse les 3.000 et 30% des tests sont positifs
Belga

Le nombre d’infections par le coronavirus a augmenté de manière exponentielle en Région bruxelloise avec la propagation du variant Omicron, ressort-il mardi du point presse hebdomadaire de la Commission communautaire commune (Cocom) sur la situation épidémiologique dans la capitale. La hausse des hospitalisations est, elle, plus limitée et il n’y a, pour le moment, pas de patient infecté par Omicron en soins intensifs, a précisé la responsable du dispositif Covid-19 de la Cocom, Inge Neven.

Incidence et taux de positivité record

L’incidence, soit le nombre d’infections sur 100.000 personnes, dépasse de peu les 3.000 cas positifs sur 14 jours, ce qui constitue un record. Le taux de positivité est de 30 % – inégalé jusqu’alors –, alors qu’environ 11.400 tests ont été analysés chaque jour (un nombre encore en deçà de la capacité maximale prévue). Le taux de reproduction du virus atteint 1,45 en région bruxelloise, signe que le virus se propage. Ce sont les tranches d’âge de 20 à 40 ans qui comptent le plus d’infections.

Les hospitalisations sous contrôle

« On voit qu’Omicron est vraiment parmi nous », a commenté Inge Neven. « Les hospitalisations augmentent : on est passé de plus ou moins 350 personnes admises la semaine passée à 450 cette semaine, mais l’occupation des lits en soins intensifs est en légère diminution. D’après les retours reçus encore ce matin des hôpitaux, les patients soignés aux soins intensifs sont encore principalement des personnes infectées par le variant Delta. Les patients aux soins intensifs sont aujourd’hui pour moitié des non vaccinés et pour moitié des vaccinés », a précisé Mme Neven.

« Il n’y a pas encore de patient avec Omicron en soins intensifs »

« Les personnes contaminées par le variant Omicron qui arrivent à l’hôpital n’ont pour le moment besoin que de soins ’normaux’ et il n’y a pas encore de patient avec Omicron en soins intensifs », a-t-elle ajouté. « C’est plutôt une bonne nouvelle mais il faut faire preuve de prudence, car on ne sait pas encore ce que cela va donner dans les jours et semaines à venir. »

La responsable Covid de la Cocom a toute fois appelé à faire attention aux personnes âgées ou présentant des comorbidités étant donné qu’Omicron est plus contagieux.

La Flandre et la Wallonie vont suivre

Inge Neven s’attend à ce que la Flandre et la Wallonie soient également confrontées à Omicron. L’apparition d’un nouveau variant est en effet plus rapidement ressentie dans les grandes villes, vu leur densité élevée de population, rappelle-t-elle. Ainsi, à Londres, le pic d’infections est passé tandis que les courbes sont encore en augmentation dans les autres régions du pays.

Pour affronter la vague de contaminations dues à Omicron, le suivi des cas contacts est renforcé depuis le 20 décembre, tandis que la capacité de tester la population a été augmentée pour atteindre jusqu’à 12.000 tests PCR par jour, auxquels s’ajoutent les tests antigéniques. Des équipements de protection et des auto-tests ont été achetés en suffisance pour le personnel dans les centres de tests et de vaccination, souligne la Cocom. L’accès à la vaccination a été développé sur l’ensemble du territoire, notamment pour l’administration de la dose de rappel.

Parmi les contacts à haut risque, « 20 % des personnes vaccinées sont positives au premier test et 23 % au deuxième test », a observé Inge Neven. « Les non vaccinés sont 36 % à être positifs au premier test et 29 % au deuxième. Avec la vaccination, on voit que là aussi on est mieux protégé. »

Seuls 32 % des Bruxellois ont reçu la dose de rappel

Environ 350 pharmacies à Bruxelles proposent des tests antigéniques. Elles ont permis de réaliser plus de 8.000 tests durant les trois dernières semaines de décembre, un nombre équivalent en Flandre et en Wallonie. Enfin, environ 73 % des Bruxellois de plus de 18 ans sont doublement vaccinés, contre 94 % en Flandre et 84 % en Wallonie. Seuls 32 % de la population adulte dans la capitale ont reçu une dose de rappel, contre 62 % en Flandre et 51 % en Wallonie. Les plus de 65 ans sont à 79 % doublement ou triplement vaccinés. La vaccination des enfants de 5 à 11 ans a démarré le 22 décembre avec une phase-pilote au centre Pacheco à Bruxelles. Le dispositif a été étendu lundi dans l’ensemble des centres de vaccination de la capitale.